Fouesnant Divers

Tempêtes sur les côtes finistériennes
  Phare mythique
Ar-Men
 - Construction
 
Vieux gréements à Pont-Aven - Fête la
"Belle Angèle"
Ile les "Moutons" Archipel des Glénan
Découvrez un album photos de superbes Canards 
Mandarin
 et Carolin

par Jean Caveng
Renouveau
Village de vacances
à Mousterlin

Album photos à voir
Sentier côtier de Beg-Meil à Fouesnant  
enfin accessible

Voir l'album photos
17 avril 2015
Démolition hôtel de la Plage à Beg-Meil en 2004
L'ouragan de 1987 à Fouesnant
Baignade des Otaries 28 décembre
2014 au Cap-Coz 
Les nouveaux billets de Jean-Yves Le Dréau  2014/2015
Chronique hebdo par 
Jean-Yves Le Dréau
Programme des Festivités à l'Archipel
 Magazines 
2013-2014-2015
Dossier de presse agrandissement de la mairie de Fouesnant
Les coordonnées 2013
Service Public
Programme à l'Archipel
Archipel des Glénan
Pardon 1 sept 2013
Ronds-points
2009 à 2016
 Patrimoine  religieux du canton fouesnantais
 
Plaidoyer pour les arbres 
L’arbre girafe de Fouesnant

Chroniques

Fouesnant en 1914
 Les Révoltes du papier timbré et des
Bonnets rouges
1675
Histoire des ardoisières bretonnes
Les légendes entre
mythe et réalité
Parcours de vies 
de
 1917 à nos jours
Portraits de fouesnantais
Souvenirs...souvenirs
par Maryvonne/Jean-Marie
2016 Annick Le Douget nous révèle dans son livre lescandale de la
poudre Baumol

Voir l'album photos lors de sa conférence

Annick LDouget 
Actualités 2013


Les articles du site

Fermer Antarctique

Fermer Aurores boréales

Fermer Dangers du nucléaire

Fermer Divers inclassables

Fermer Fouesnant en 2011

Fermer Fouesnant en 2012

Fermer Fouesnant en 2013

Fermer Fouesnant en 2014

Fermer Fouesnant en 2015

Fermer L'archipel : Centre...

Fermer Lavoirs de Pleuven

Fermer Papillons

Fermer Pardon grande Troménie

Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Divers

puceDessins humoristiques
glanés ici ou là.

drole humour heureux 56
Merci à tous ceux qui les ont  dessinés
puce Dates Fest-Noz

puceTable de multiplications facile

puceLes grains de sel du Télégramme

puceLes dessins de Nono

 

Bienvenue sur Fouesnant les Ormeaux

Cliquez ici pour une Visite virtuelle  à Fouesnant

 Copyright Tous droits réservés © Toute utilisation frauduleuse du contenu photographique de ce site, sans autorisation expresse de l'auteur est formellement interdite (article L122-4 du Code de la Propriété Intellectuelle).

 Découvrez la Riviera bretonne en vidéo

Les étangs
de Penfoulic
Observations et 
Phénomènes
 
Vestiges de guerre
à Mousterlin

Ile Les Moutons
A
rchipel des Glenan

Polder et Dunes
de Mousterlin
Bolincheurs
à la pêche
La mer à l'assaut
pays fouesnantais
 
Pêche en mer
 

 Historique de 37 cercles (articles regroupés)

"Ar Pintiged Foën"
F
ouesnant
"Ar Bleuniou Kignez"
La Forêt-Fouesnant
 "Ar Vro vigoudenn"
Pont-l'Abbé
"Kanfarded"
St-Évarzec
"Danserien"
Kemper
"Bleuniadur"
S-Pol de Léon
"Pleon Paven"
Plounéour-Lanvern
Cercle Ar Bleuniou Kignez

                                              Illuminations à Locronan Noël 2015       Vannes 2015      Fouesnant 2015            

Forêt Préhistorique  découverte aux Sables Blancs à Concarneau  en 2014    Voir article et album photos

Centenaires bretons

Découvrez des 
personnes d'exception
 .
Témoignages de 
centenaires 
du 
Pays fouesnantais
Calvaire de Tronoën 
à St-Jean-Trolimon 
Colorisé en 2013

Démolition de l'Hôtel "Bon Accueil" 
BegMeil-Fouesnant

 Découvrez Bénodet
 Histoire de Concarneau
 
Une lueur pour
12 phares

 Monuments
 historiques 
à Quimper
 Le Frout, petit affluent del'Odet à Quimper
 
L'Odet : rivière traversant Quimper. 
Où est la source ?

 Lieux à visiter
 Palais de l'Elysée:Histoire

Mon petit fils nous a créé un dernier morceau de musique présenté avec une vidéo de sa création,
texte en 3 D et autre à voir et surtout à écouter. Merci à ceux qui le soutiendront. Cliquez ici

 
Les 22 dernières nouvelles

Vol ou perte de smartphone, comment protéger vos données ? - par Les Ormeaux le 15/02/2017 @ 15:16

Ouest-France, toute l’actualité locale et internationaleLe téléphone dit « intelligent » est devenu le premier moyen d'accès à Internet et un objet de dépendance pour beaucoup.

En 2016, 77 % des Français âgés de 18 à 75 ans possèdent un smartphone, révèle l'étude « Usages Mobiles 2016 » réalisée par le cabinet Deloitte. Ils n'étaient « que » 70 % en 2015. L'appareil devient le premier équipement numérique, devant l'ordinateur (74 %) et la tablette (53 %).Faut-il parler d'addiction ? 41 % avouent qu'il leur arrive de consulter leur téléphone au milieu de la nuit et 7 % d'entre eux vont jusqu'à répondre à leurs messages. Le danger ne dissuade pas, non plus, de se connecter : 58 % le font au volant, 66 % en traversant une rue.
26,6 fois par jour

Le téléphone portable est utilisé partout et tout le temps. 49 % des Français l'utilisent dans les transports en commun. Le matin, un sur cinq le consulte moins de cinq minutes après s'être réveillé, deux sur cinq chez les 18-24 ans. Le soir, près d'un quart y jettent encore un oeil moins de cinq minutes avant de s'endormir. En moyenne, on regarde l'écran de son smartphone 26,6 fois par jour.

Pour les 18-24 ans, c'est cinquante fois par jour en moyenne. L'usage jugé excessif est source de conflits avec leurs parents pour 43 % d'entre eux. L'étude ne se penche pas sur le cas des ados qui feraient probablement exploser le score. Mais les jeunes ne sont pas les seuls à perdre la mesure. Huit Français sur dix restent connectés à leur téléphone pendant les repas, en famille ou entre amis.

Seul signe de lassitude : la publicité imposée est de moins en moins regardée. Ils sont 13 % à avoir installé un logiciel de blocage (« ad-blocker ») et 28 % prévoient de le faire dans l'année.

 

 

... / ... Lire la suite


Bagad Quimper Vidéo - par Les Ormeaux le 08/02/2017 @ 17:13

Pour les 70 ans de Sonerion (institut de formation de sonneurs) le Bagad Kemper nous a présenté sa nouvelle création. Accompagné par des chanteurs et musiciens le spectacle« Melezour » propose un nouveau regard plein d’humour sur la musique Bretonne.   

... / ... Lire la suite


L’astuce pour mettre fin aux publicités ciblées sur votre téléphone - par Les Ormeaux le 05/02/2017 @ 13:58

L’astuce pour mettre fin aux publicités ciblées sur votre téléphone   
Vous naviguez sur votre téléphone, ouvrez vos applications et êtes gêné par des publicités intempestives ? Il existe une solution pour les contrer, comme l’explique LCI.fr.  
 

Le site LCI.fr a publié le 1er février un tutoriel très pratique afin de bloquer les publicités ciblées sur les smartphones sous Android et iOS. Ces annonces peuvent en effet être parfois très embêtantes.

"Les publicités que vous recevez sur votre smartphone se basent sur un identifiant publicitaire qui se trouve dans votre smartphone afin d’identifier ce dernier. Il permet notamment aux acteurs de la publicité d’accumuler des informations sur vos habitudes", rappelle le site d’information.

Les constructeurs de smartphones ont alors trouvé la solution pour riposter. Voici les conseils de LCI.fr pour limiter la gêne.

Sur Android

Il suffit de se rendre dans Réglages -> Paramètres de Google -> Annonces et ainsi désactiver la personnalisation des annonces (en cliquant sur ok lorsqu’un message de validation apparaît). Pour finir, il faut réinitialiser votre identifiant publicitaire.

Sur iOS (iPhone)

Rendez-vous dans Réglages -> Confidentialité -> Publicité puis sélectionnez ensuite la fonction "Suivi publicitaire limité". Enfin, réinitialisez votre identifiant de publicité.

Le site donne également d’autres astuces pour limiter la récolte de vos données lorsque vous naviguez sur Internet et sur votre téléphone. Il faudra par exemple arrêter les applications en tâches de fond (c’est-à-dire fermer les applications en cours) ou encore utiliser des bloqueurs de pub.
 
 

... / ... Lire la suite


Voici pourquoi vous devez arrêter d’utiliser un schéma pour verrouiller votre smartphone - par Les Ormeaux le 05/02/2017 @ 13:54

 Des chercheurs ont démontré qu’il était beaucoup plus facile de pirater un verrouillage par schéma (présent sur de nombreux smartphones Android) qu’un code à 4 ou 6 chiffres.  
 

Il faut toujours faire très attention. Dans un article publié mardi, le site BFMTV.com met en garde contre l’utilisation des schémas (à la place des codes à 4 ou 6 chiffres) pour verrouiller les smartphones. La raison ? Ce système serait trop facile à pirater.

Des chercheurs des universités de Lancaster, de Bath (Royaume-Uni) et de Northwest (Chine) ont en effet pu démontrer qu’à partir d’une simple vidéo "d’un utilisateur déverrouillant son smartphone - même sans voir l’écran, un logiciel permet de déduire la forme utilisée", explique le site d’information.

A lire aussi - Voici les 10 applications qui déchargent le plus votre batterie  

Les schémas plus compliqués… pas plus sûrs

Voir ainsi quelqu’un faire bouger son doigt permettrait de retenir facilement le chemin à suivre pour le déverrouiller. Une personne malveillante pourrait alors accéder au smartphone en moins de cinq tentatives. Les chercheurs précisent toutefois que la vidéo doit être enregistrée à moins de 2,5 mètres du téléphone de l’utilisateur qui compose son code.

Pas très rassurant non plus : les schémas les plus compliqués ne seraient pas plus sûrs… "Les chercheurs ont démontré que ces derniers permettent au logiciel de voir juste encore plus facilement", précise BFMTV.com.

Face à ce constat, les spécialistes appellent à changer votre mode de verrouillage.

 
 

... / ... Lire la suite


Le mot du jour Graphène - par Les Ormeaux le 05/02/2017 @ 13:49

 l'édition du soir  Ouest-France, toute l’actualité locale et internationale


Des scientifiques américains ont trouvé le moyen de produire du graphène en grande quantité. Totalement par
hasard… Cette découverte inopinée attire l’attention, car ce matériau du futur est très convoité par l’industrie des nouvelles technologies. Il permettrait notamment de fabriquer des batteries qui se rechargent en moins de cinq minutes !

Pourquoi on en parle ?
Fin janvier, des physiciens américains ont rendu publique une découverte inopinée. Sous la houlette du professeur Chris Sorensen, des chercheurs de l’Université d’État du Kansas ont réussi à produire du graphène en grande quantité. En réalité, l’expérimentation a eu lieu il y a quelques mois, mais les scientifiques ont pris soin de déposer un brevet avant de communiquer sur le sujet.
« Nous n’avions pas l’intention de produire du graphène, c’est un hasard », explique Chris Sorensen. À l’origine, le professeur menait des expérimentations sur un tout autre brevet, avec ses camarades chercheurs Justin Wright et Arjun Népal. Ils travaillaient sur une méthode pour produire du gel d’aérosol en carbone suie. Également appelé carbone noir, ce composé chimique a la propriété de réchauffer l’atmosphère. Lorsqu’il est mélangé à d’autres substances chimiques, le carbone suie se transforme en aérosol, c’est-à-dire en fines particules en suspension dans l’air.

De gauche à droite : Justin Wright, Chris Sorensen et Arjun Népal. (Photo : Kansas State University)

 

Lors de leurs expérimentations, les physiciens ont emprisonné du gaz acétylène et de l’oxygène à l’intérieur d’un cylindre en aluminium d’une capacité de 17 litres. Ils ont ensuite provoqué une détonation à l’aide d’une bougie d’allumage, comme on en trouve dans les voitures. En rouvrant le cylindre, ils ont eu la surprise d’y découvrir tout autre chose que ce qu’ils imaginaient : du graphène. « On aurait dit des pépites de gâteau au chocolat », plaisante Chris Sorensen.

C’est quoi le graphène ?

Vous avez sûrement la matière première constitutive du graphène sous la main, car on en trouve dans tous les crayons à papier dont la mine est en graphite. Si vous coupez cette mine en centaines de milliers de morceaux jusqu’à obtenir une couche d’un seul atome de carbone d’épaisseur : bingo, vous avez du graphène !

 

(Photo : Kansas State University)

 

Le graphène a été découvert en 2004 par Andre Geim et Konstantin Novoselov, deux physiciens de l’université de Manchester. Les chercheurs ont reçu le prix Nobel de physique en 2010 pour cette découverte.

À quoi sert ce matériau ?

Il est souvent décrit comme le matériau du futur et l’industrie des nouvelles technologies rêve d’en fabriquer des quantités astronomiques. Car le graphène est 200 fois plus résistant que l’acier, c’est un très bon conducteur de l’électricité (mieux que cuivre ou le silicium) et surtout, le graphène est très léger. Son ultra-conductivité pourrait permettre de concevoir des batteries de smartphones rechargeables en seulement cinq minutes.

Autre application de ce matériau miracle : la fabrication d’écrans souples. L’an dernier, au salon Mobile World Congress de Barcelone, l’entreprise britannique FelxEnable a présenté un prototype de smartphone souple enroulable autour du bras, à base de graphène.

 

(Photo : FelxEnable)

 

Vers une production industrielle ?

La production du graphène reste problématique. Il est compliqué à manipuler et sa fabrication coûte très cher : environ 100 € le centimètre carré, selon Étienne Quesnel, chercheur au Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA). En 2013, l’Union européenne a débloqué un fond d’un milliard d’euros pour financer dix ans de recherche dans le cadre du projet Graphene Flagship.

La méthode mise au point par les chercheurs du Kansas pourrait donc résoudre tous ces problèmes. « Nous avons découvert un processus viable qui permet de produire du graphène à grande échelle sans utiliser de produits chimiques nocifs. Faire un gramme de graphène ne consomme pas beaucoup d’énergie, il suffit d’une étincelle », souligne Chris Sorensen. En attendant, le professeur va s’atteler, avec son équipe, à améliorer la qualité du graphène et pourquoi pas transposer ce petit procédé de laboratoire à une échelle industrielle.


... / ... Lire la suite


Carte interactive UFC-Que Choisir sur l’eau du robinet en France - par Les Ormeaux le 26/01/2017 @ 14:15

 A l’occasion du lancement de sa nouvelle carte interactive de l'eau potable en France, l’UFC-Que Choisir publie jeudi 26 janvier une étude sur la qualité de l'eau du robinet. Elle montre que si près de 96% des consommateurs peuvent boire l'eau du robinet en toute confiance, 2,8 millions ont en revanche une eau polluée, notamment par les pesticides, les nitrates ou le plomb.

L’UFC-Que Choisir a passé au peigne fin les réseaux de distribution des 36 600 communes de France, pour la totalité des 50 critères réglementaires sur la base des résultats officiels du ministère de la Santé.

L'agriculture, principale responsable de la pollution de l'eau

Même si le résultat global reste satisfaisant, l'eau reste de mauvaise qualité pour 2,8 millions de Français. L’agriculture est la première cause de pollution. On retrouve des pesticides dans les régions d'agriculture intensive mais aussi dans les réseaux de distribution de certaines villes comme Tremblay en France, Sens, Lens, Tarbes et Auch. Les nitrates contaminent aussi l'eau de près de 200 000 consommateurs, notamment dans le Loiret, la Seine-et-Marne, l’Yonne, l’Aube, la Marne, le Pas-de-Calais et la Somme.

Les contaminations bactériennes dues aux défauts de surveillance ou à la vétusté des installations, constituent la troisième pollution la plus fréquente et concernent de l’ordre de 200 000 consommateurs. Les petites communes rurales de montagne, dans les Pyrénées, le Massif Central et les Alpes, sont particulièrement concernées par cette pollution.

Enfin, sur l’ensemble de la France, 3% des analyses réalisées dans les logements font apparaître la présence de plomb, de cuivre, de nickel ou de chlorure de vinyle, du fait de canalisations vétustes ou corrodées.

Une demande de réforme de la politique agricole de l'eau

L'association l’UFC-Que Choisir demande aux pouvoirs publics "une réforme en profondeur de la politique agricole de l’eau, par une véritable mise en œuvre du principe pollueur-payeur dans le calcul des redevances de l’eau, au moyen d’une augmentation de la taxation des pesticides et des engrais azotés et par un soutien financier aux agricultures biologiques et intégrées". Elle réclame aussi "un audit national des composants toxiques des canalisations pour estimer le niveau d’exposition des consommateurs et, dans le cas du plomb, une aide aux particuliers pour le remplacement de leurs canalisations."

Important : *pour la recherche du plomb, du cuivre, du nickel, du chlorure de vinyle et de l’épichlorhydrine, le prélèvement de l’eau se fait fréquemment au robinet des consommateurs. Par conséquent, leur présence dans une analyse ne signifie en aucun cas  que cette pollution affecte l’ensemble du réseau ou de la ville, car elle peut ne concerner par exemple que certains branchements du réseau, certains immeubles ou logements.

Les 50 paramètres analysés correspondent aux analyses réglementaires (excepté les paramètres non mesurables : saveur et odeur), définis dans le cadre des contrôles officiels (1). Ces résultats ne préjugent pas des niveaux de qualité pour d’autres paramètres susceptibles d’être analysés dans le cadre de contrôles plus spécifiques répondant à des problématiques ponctuelles ou locales, consultables en mairie ainsi que sur les sites Internet des Agences régionales de santé et du ministère de la Santé.

MÉTHODOLOGIE DE NOTRE ÉTUDE

Synthèse réalisée à partir des analyses de l’eau effectuées entre février 2014 et août 2016, sur les 36 568 communes de France métropolitaine, publiées sur le site du ministère de la Santé, pour 50 contaminants et paramètres physico-chimiques.

Les critères étudiés sont classés réglementairement en deux groupes d’importance différente :

  • Les limites de qualité sont les critères les plus importants, pour lesquels des non-respects des normes peuvent être dangereux pour la santé, selon le niveau et la fréquence de dépassement. Il s’agit notamment de critères microbiologiques (Escherichia coli, entérocoques) et de substances toxiques (pesticides, nitrates, plomb, nickel, cuivre, arsenic, solvants chlorés…).
    Pour les critères étant définis comme des limites de qualité, nous avons défini les appréciations suivantes :
    • Qualité de l’eau « Bonne » : moins de 5 % d’analyses non conformes
    • Qualité de l’eau « Satisfaisante » : entre 5 % et 25 % d’analyses non conformes
    • Qualité de l’eau « Médiocre » : entre 25 % et 50 % d’analyses non conformes
    • Qualité de l’eau « Mauvaise » : entre 50 % et 75 % d’analyses non conformes
    • Qualité de l’eau « Très mauvaise » : plus de 75 % d’analyses non conformes
  • Les références de qualité : des dépassements sur ces critères n’ont pas d’impact direct sur la santé, mais ils traduisent notamment des dysfonctionnements du traitement pour rendre l’eau potable (certains critères microbiologiques, présence de chlore ou d’aluminium, eau trouble…). Ils peuvent traduire également les caractéristiques spécifiques de la ressource utilisée pour fabriquer l’eau potable (eau dure/eau douce, eau acide, présence de fer, radioactivité…) qui peuvent être à l’origine d’inconfort ou de désagrément pour le consommateur (eau colorée, entartrage dû à une eau calcaire, corrosion des canalisations et des appareils de chauffage par une eau agressive).
    Pour les critères étant définis comme des références de qualité, nous avons défini les appréciations suivantes :
    • Qualité de l’eau « Bonne » : moins de 25 % d’analyses non conformes
    • Qualité de l’eau « Satisfaisante  » : entre 25 % et 50 % d’analyses non conformes
    • Qualité de l’eau « Médiocre» : plus de 50 % d’analyses non conformes

Les non-respects relevés dans le cadre de cette étude se répartissent en quatre grandes catégories :

Des pollutions dues aux activités humaines

La réglementation définit des limites de qualité pour différents polluants résultant d’activités humaines, notamment agricole ou industrielle. Les polluants les plus fréquemment rencontrés dans l’eau du robinet sont d’origine agricole :

  • le risque entraîné par les pesticides est celui d’une exposition sur le long terme ou à des stades cruciaux du développement de l’organisme, à des doses très faibles mais répétitives et avec des interactions possibles entre différents pesticides. Les risques suspectés, sans qu’ils aient pu être formellement démontrés à ce jour, pourraient être notamment des cancers (leucémies, entre autres), des troubles du système nerveux ainsi que des troubles de la reproduction.
  • les teneurs excessives en nitrates dans l’alimentation sont susceptibles de faire courir des risques de méthémoglobinémie (syndrome du bébé bleu) chez les nourrissons. En effet, les nitrates, transformés dans l’organisme en nitrites, peuvent, par la modification des propriétés de l’hémoglobine du sang, empêcher un transport correct de l’oxygène par les globules rouges. Toutefois, aucun cas de méthémoglobinémie lié à l’eau d’alimentation n’est recensé aujourd’hui en France. Plus généralement, la présence de nitrates dans l’eau potable est un indicateur de pollution d’origine agricole, qui peut s’accompagner de la présence d’autres polluants tels que des pesticides.

Des composants des canalisations

La réglementation définit des limites de qualité sur certains des composants des canalisations pouvant migrer dans l’eau. Pour la recherche de ces polluants, le prélèvement de l’eau se fait fréquemment au robinet des consommateurs. Par conséquent, leur présence dans une analyse ne signifie en aucun cas que cette pollution affecte l’ensemble du réseau ou de la ville, car elle peut ne concerner par exemple que certains branchements du réseau, certains immeubles ou logements.

  •  le plomb est toxique et son ingestion à faibles doses mais répétées est à l’origine du saturnisme, une maladie touchant les enfants qui se manifeste par de l’anémie, un retard de développement intellectuel, des troubles neurologiques, digestifs et rénaux. Pendant longtemps, il a été utilisé pour la réalisation de canalisations. Bien qu’il soit désormais interdit, il peut encore subsister dans certains branchements publics ou privés, dans des soudures au plomb ou encore dans les colonnes montantes des immeubles anciens. Les canalisations en plomb doivent donc impérativement être remplacées.
  • le nickel est toxique notamment pour les reins. Sa présence est généralement due à son utilisation en plomberie (tuyaux, raccords, robinets).
  • une exposition au cuivre à long terme est susceptible de provoquer des irritations du nez, de la bouche ou des yeux. Sa présence dans l’eau provient de la corrosion des canalisations, notamment par des eaux agressives (trop douces).
  • le chlorure de vinyle est classé cancérogène certain pour l’homme et constitue un facteur de risque pour le cancer du foie. C’est un composant du PVC utilisé pour les canalisations. Sa présence dans l’eau est due à certains PVC de mauvaise qualité utilisés avant les années 1980.

Des défauts de traitement de l’eau

Ces contaminations peuvent être dues à un défaut de surveillance ou à une vétusté des installations de traitement et de distribution de l’eau. Elles sont plus fréquemment rencontrées dans des communes rurales ou de montagne. Selon l’importance de ces critères, la réglementation a défini des limites ou des références de qualité.

Limites de qualité :

  • qualité microbiologique : c’est l’exigence première pour qu’une eau soit considérée comme potable. La réglementation définit d’une part des limites de qualité qui ne doivent pas être dépassées pour les germes susceptibles de causer des problèmes de santé tels que des troubles intestinaux ou des infections localisées (Escherichia coli et entérocoques) et d’autre part des références de qualité pour les germes qui, sans être pathogènes, signalent une défaillance dans le traitement de l’eau ou dans le réseau (bactéries coliformes, bactéries sulfitoréductrices).
  • les bromates sont des sels du brome, un élément chimique très toxique pour les organismes aquatiques. Les bromates seraient susceptibles d’être à l’origine de cancers des reins. Ils peuvent apparaître lors du processus de potabilisation de l’eau, soit lorsqu’une eau contenant déjà du brome est désinfectée à l’ozone, soit parce que l’eau de Javel en contient.

Références de qualité :

  • chlore : il s’agit des chlorites formés lors de l'utilisation de chlore pour la désinfection de l'eau potable.
  • les matières organiques sont issues du lessivage des sols ou des rejets agricoles et urbains. Elles peuvent engendrer un développement microbien, d’algues ou de champignons ou encore être à l’origine de mauvais goûts.
  • la présence d’aluminium peut être d’origine naturelle, mais le plus souvent, elle résulte de l’ajout volontaire de sels d’aluminium utilisés pour rendre limpides des eaux naturellement troubles.

Des caractéristiques d’origine naturelle

Certaines caractéristiques de l’eau potable sont d’origine naturelle et propres aux eaux brutes (rivière ou nappes phréatiques) utilisées pour la fabrication de l’eau potable. Selon l’importance de ces critères, la réglementation a défini des limites ou des références de qualité.

Limites de qualité :

  • la présence d’arsenic dans l’eau est essentiellement d’origine naturelle, car celui-ci est présent dans les roches anciennes ou volcaniques (Massif central, Vosges...). L'arsenic est toxique par effet cumulatif, il peut entraîner des cancers de la peau et des cancers internes.
  • le sélénium : c’est un composant des roches profondes dont la présence dans les eaux révèle l’épuisement des nappes phréatiques du fait d’une surutilisation, notamment agricole. Bien que ce composé soit toxique, ses conséquences sur la santé sont à ce jour mal évaluées compte tenu des faibles niveaux auxquels est exposée la population française.

Référence de qualité :

  • la minéralisation de l’eau traduit la richesse de l’eau en sels minéraux d’origine naturelle. Une eau faiblement minéralisée (également appelée douce) peut être corrosive pour les canalisations et les appareils de chauffage et entraîner une dissolution des métaux toxiques comme le plomb. Si cette eau est en outre acide, elle est alors considérée comme agressive car elle peut attaquer les canalisations (plomb, cuivre, zinc). À l’inverse, une eau trop minéralisée (souvent appelée « calcaire » ou « eau dure ») peut être à l'origine de dépôts et d’entartrage.
  • eau acide/eau alcaline : ce paramètre est directement lié à la nature du sous-sol. En régions granitiques les eaux sont acides, alors qu’en régions calcaires elles sont alcalines. Une eau à la fois acide et peu minéralisée est considérée comme agressive (voir point précédent).
  • le manganèse est naturellement présent dans les roches au contact de l’eau. Il ne semble pas présenter de toxicité, en revanche il peut donner une coloration et un goût métallique à l’eau.
  • la présence de fer dans l’eau est majoritairement d’origine naturelle lorsqu’il est présent dans les roches. Dans certains cas, sa présence peut être due à la corrosion des canalisations. Il ne présente pas de toxicité, par contre il peut être à l’origine de colorations de l’eau ou de goûts désagréables.
  • la radioactivité de l’eau est due à la présence, dans certaines régions, d’un sous-sol granitique riche en composés radioactifs naturellement présents dans les roches. Elle est faible par rapport aux autres sources de radiations naturelles (rayonnements du sous-sol, de l’air ambiant ou rayonnements cosmiques). Les études épidémiologiques menées à ce jour n’ont pas permis d’établir de lien entre l’eau de boisson et les cancers du système digestif ou d’autres organes. Par application du principe de précaution, il est cependant recommandé de limiter cette contamination.

Pour la liste complète des paramètres étudiés, voir le glossaire.

LES BONS GESTES POUR LES CONSOMMATEURS

Laissez couler l’eau quelques instants avant de la boire. Dans le cas où l’odeur est marquée, il suffit de laisser l’eau s’aérer, par exemple dans une carafe ouverte.

Lorsque la concentration en nitrates est comprise entre 50 et 100 mg/l, l’eau ne doit pas être consommée par les femmes enceintes et les nourrissons. Si elle est égale ou supérieure à 100 mg/l, l’eau ne doit être utilisée pour aucun usage alimentaire.

Lorsque l’eau est très alcaline (pH supérieur à 9), il est déconseillé de l’utiliser pour la toilette, car elle peut être irritante pour l’œil ou la peau.

NOTES

(1) Critères mesurables définis par l’arrêté du 11 janvier 2007 relatif aux limites et références de qualité des eaux brutes et des eaux destinées à la consommation humaine mentionnées
aux articles R. 1321-2, R. 1321-3, R. 1321-7 et R. 1321-38 du code de la santé publique.
Pour en savoir plus rendez-vous sur le site officiel : https://www.quechoisir.org/dossier-qualite-de-l-eau-t497/
 

... / ... Lire la suite


TGV Max. Le nouvel abonnement illimité de la SNCF pour les jeunes - par Les Ormeaux le 25/01/2017 @ 17:10

 Publié le mercredi 25 janvier 2017 à 11:34 par .
Vie pratique / Transport - Voyage / France
Pour 79 € par mois, les 16-27 ans peuvent désormais voyager en illimité sur des TGV et Intercités à réservation obligatoire.
Pour 79 € par mois, les 16-27 ans peuvent désormais voyager en illimité sur des TGV et Intercités à réservation obligatoire. © Vincent MOUCHEL/Ouest-France

La SNCF vient de lancer son premier abonnement illimité pour les jeunes. Destiné aux 16-27 ans, il permet de voyager dans toute la France sur les 250 destinations des TGV et Intercités à réservation obligatoire. Une nouvelle offre à 79 € par mois qui cherche à séduire les jeunes de plus en plus coutumiers du covoiturage.

TGV Max, c’est quoi ?

C’est un abonnement SNCF illimité avec un engagement de trois mois minimum. Il est destiné aux 16-27 ans et permet de voyager en 2nde classe, tous les jours sans exception, sur 94 % des TGV et Intercités de France à réservation obligatoire. Contrairement à l’abonnement IDTGV MAX, il n’y a pas de nombre limité d’abonnements.

Combien ça coûte ?

TGV Max coûte 79 € par mois avec un engagement de trois mois minimum. Jusqu’au 28 février 2017, la SNCF a mis en place une offre de lancement à 1€ le premier mois.

Comment ça marche ?

L’abonnement est 100 % digital, c’est-à-dire que l’on doit tout faire en ligne : souscrire à cet abonnement et réserver son billet pour partir dans les prochaines heures. TGV Max ne se présente pas sous la forme d’une carte papier, toutes les informations sont enregistrées sur votre smartphone. Pour réserver, la recherche s’effectue comme une réservation classique à la différence que dans l’onglet « carte de réduction », vous indiquez détenir l’abonnement TGV Max.

Les trains disponibles sur la destination choisie s’affichent et il ne vous reste plus qu’à confirmer vote réservation. Vous êtes limités à six réservations en simultané et vous pouvez annuler votre réservation à la dernière minute sans frais. Concernant les contrôles dans les trains, il suffit de présenter votre carte d’abonnement et votre billet électronique enregistrés sur l’application SNCF.

Comment s’abonner ?

Pour vous abonner, vous devez vous rendre sur le site voyage-sncf.com. Avant de souscrire à l’abonnement, vous pouvez vérifier si les trajets qui vous intéressent sont disponibles avec cet abonnement via un simulateur en ligne. Si c’est le cas et que vous décidez de vous abonner, vous aurez à remplir un formulaire et scanner ces documents : votre carte nationale d’identité, votre passeport ou votre carte de séjour et votre photo d’identité. Vous aurez à rentrer ensuite vos coordonnées bancaires et vous recevrez un mail de confirmation avec le numéro de votre abonnement.  

Lors de la conférence de presse donnée ce mercredi matin, Pierre Matuchet, directeur marketing de Voyage SNCF, a précisé qu’il sera « possible de se faire rembourser sa carte Jeune si l’on souhaite s’abonner à TGV Max ».

Clémentine MERCIER.

... / ... Lire la suite


Loi Littoral : l’inquiétude des associations de Cornouaille - par Les Ormeaux le 25/01/2017 @ 16:48

 Ouest-France, toute l’actualité locale et internationale
L’Association de sauvegarde du Pays Fouesnantais est engagée dans une trentaine de contentieux contre des permis de construire illégaux.
L’Association de sauvegarde du Pays Fouesnantais est engagée dans une trentaine de contentieux contre des permis de construire illégaux. | Vincent MOUCHEL

Par Flora Chauveau

Deux amendements à la loi Littoral menacent un peu plus la protection de la côte. Les associations cornouaillaises réagissent.

Le littoral breton aura-t-il toujours le même visage dans quelques années ? Les associations de défense de l’environnement en doutent. La loi littoral, qui protège jusqu’alors les territoires côtiers, pourrait être grignotée par deux amendements, validés par le Sénat le 11 janvier dernier.

« Ces amendements ouvrent la possibilité d’urbaniser sans continuité avec les agglomérations et villages existants », explique Jean-Pierre Bigorgne, président de l’Union des associations pour la défense du littoral (et, par ailleurs, candidat écologiste aux législatives). Ces amendements ouvrent également la construction de zones économiques sur les communes littorales. « Cela va contre toutes les lois qui visent à lutter contre l’étalement urbain. »

ean-Pierre Bigorgne, président de l’Union des associations pour la défense du littoral, entouré des membres des associations de Fouesnant, Plouhinec et Douarnenez.

Jean-Pierre Bigorgne, président de l’Union des associations pour la défense du littoral, entouré des membres des associations de Fouesnant, Plouhinec et Douarnenez. | Flora Chauveau

Permis de construire à tout va

Les associations s’inquiètent des conséquences de la promulgation de ces amendements. « Déjà beaucoup d’élus ne respectent pas la loi en autorisant des permis de construire à tout va », rappellent les membres des associations du Sud Finistère. L’Association de sauvegarde du Pays Fouesnantais est actuellement engagée dans une trentaine de contentieux. L’association Douarnenez Environnement a lancé une action en justice contre le Plan local d’urbanisme de Plonévez-Porzay, dans le cadre d’un projet de lotissement sur le littoral.

« Mais il n’y a pas d’association de sauvegarde dans toutes les communes », signale Jeanine Biger Kerdranvat de l’association Gardons l’air de la montagne d’Audierne (Gama). Ainsi, à Esquibien, « un immeuble a été construit sur la lande », s’étonne-t-elle.

Ces nouvelles dispositions de la loi littorale vont entraîner « des tentatives d’urbanisation non maîtrisée », craignent les représentants des associations. Les amendements sont discutés aujourd’hui en commission du développement durable et passeront à l’Assemblée nationale le 31 janvier.

... / ... Lire la suite


En 2017, les TGV Paris-Quimper.... - par Les Ormeaux le 25/01/2017 @ 16:38

Un train grande vitesse passant à vive allure
En 2017, les TGV Paris-Quimper continueront de s’arrêter en gare de Quimperlé. Gérard Lahellec, vice-président aux transports à la Région Bretagne, est venu rassurer les élus du territoire cette semaine à Quimperlé. Le point sur ce dossier crucial. 

Qu’est-ce qu’une ligne à grande vitesse ?

C’est une ligne spécialement conçue pour que les TGV dédiés au transport de voyageurs puissent rouler à plus de 250 km/h. Actuellement, sur le trajet Paris-Finistère, seule la portion Paris-Le Mans est une ligne grande vitesse.

Qu’est-ce que le projet Bretagne Grande Vitesse (BGV) ?

Ce projet porté par l’Etat, auquel est associé la Région, vise plusieurs objectifs. D’abord le prolongement de la Ligne Grande Vitesse du Mans jusqu'à Rennes, ce qui passe par la création d’un nouveau tracé, dont l’achèvement est prévu au premier semestre 2017. Ensuite des travaux de relèvement de vitesse sur le maillage régional existant, en particulier sur les lignes reliant Rennes à Brest et Quimper. Là aussi, les travaux sont en cours, la première partie doit être achevée fin 2013 et le reste pour 2017. Le projet BGV, c’est aussi l’amélioration des liaisons entre les TGV et les trains express régionaux (TER).

Quelles améliorations attendre ? A quelles échéances ?

Le projet BGV se divise en deux phases : l’une à l’horizon 2017, l’autre à l’horizon 2030. D’après le maître d’ouvrage, Réseau Ferré de France (RFF), en 2017, les travaux auront fait gagner aux TGV 37 minutes entre Paris et Rennes, et de 4 à 5 minutes entre Rennes et Quimper.

Lors de la seconde phase du projet, à l’horizon 2030, l’ambition serait de relier Paris à la pointe finistérienne en moins de trois heures. Les moyens d’y arriver seront discutés lors d’un débat public reporté en 2014.

Le TGV continuera-t-il de s’arrêter en gare de Quimperlé ?

Oui, selon Gérard Lahellec et RFF. «Les gares bretonnes actuellement desservies par le TGV continueront à l’être», a affirmé l’élu. Pour le même nombre d’arrêts, précise RFF, soit de un à trois par jour dans chaque sens à Quimperlé. L’hypothèse d’une nouvelle ligne grande vitesse Lorient-Quimper (*) après 2017 est jugée «aberrante» par Gérard Lahellec.

(*) Hypothèse avancée dans le cadre de la concertation préalable au débat public sur le projet BGV.

... / ... Lire la suite


Petite vidéo d'un faucon - par Les Ormeaux le 17/01/2017 @ 12:26

 Courte vidéo d'un faucon Pélerin prise à Fouesnant 29170

 

... / ... Lire la suite


Les avancées scientifiques dessinent la société de demain - par Les Ormeaux le 27/12/2016 @ 14:40

 Ouest-France, toute l’actualité locale et internationaleSciences

La recherche médicale apporte ainsi chaque jour de nouveaux espoirs dans le traitement des maladies les plus dangereuses pour l’Homme, telles Ebola, le VIH, etc. Mais la science touche bien d’autres domaines voués à mieux comprendre notre planète et à améliorer notre quotidien. De la robotique aux technologies de télécommunication, de la géologie à l’exploration spatiale, la science ouvre un vaste champ des possibles qu’il est également important de contrôler et de réguler. Il revient ainsi aux dirigeants politiques de statuer sur des problématiques aussi cruciales que le nucléaire, le clonage humain, ou encore les OGM…
Faut-il intervenir directement sur la nature pour enrayer le changement climatique ? Des scientifiques américains ont publié une étude dans laquelle ils préconisent d’installer des éoliennes en Arctique, pour créer plus de banquise. À grande échelle, ils voudraient refroidir la Terre entière. Mais mettre en œuvre de telles techniques n’est pas sans conséquences…

 (Photo : Clément Sabourin/AFP)
Un champ d'éoliennes recouvrira-t-il un jour l’Arctique pour sauver la banquise et plus largement, le climat ? Pour des chercheurs américains de l’université de l’Arizona, c’est la solution pour refroidir l’Arctique où des records de température sont en train d’être battus cet hiver. D’après des relevés de l’Institut météorologique danois, les températures journalières de l’air en Arctique ont excédé de 15 à 20 °C, la moyenne de la période 1958-2012 au mois de novembre.

En 2016, Il a fait parfois - 5 °C, là où habituellement, le mercure flirte plutôt sous la barre des - 25 °C. Parallèlement, la banquise, cette eau de mer gelée recouverte d’un manteau neigeux « fond de plus en plus en été et il s’en forme de moins en moins en hiver », signale Samuel Morin, glaciologue, directeur du Centre d’études de la neige, à Grenoble. Des observations qui conduisent certains spécialistes à affirmer que l’Arctique pourrait être vierge de
banquise pour la première fois depuis 100 000 ans, dans les prochaines décennies
.
Un cercle vicieux

Les conséquences sont déjà bien visibles sur place : le fameux passage du Nord-Ouest (qui relie l’océan Atlantique à l’océan Pacifique en passant entre les îles arctiques du Grand Nord canadien), n’était praticable qu’en été et sur un temps très court. En août de cette année, il a été ouvert à la circulation des paquebots de tourisme et est désormais convoité par le commerce international.En août cette année, le fameux passage Nord-Ouest s’est ouvert à la circulation de paquebots de tourisme et est désormais convoité par le commerce international.

Et ce n’est pas parce que la banquise diminue très loin au pôle Nord que le reste du monde est épargné. « Quand il y a de la glace de mer (ou banquise), il y a une importante surface blanche au niveau de l’Arctique. Le rayonnement solaire est alors renvoyé dans l’espace. Lorsqu’il n’y a pas de banquise, le rayonnement est absorbé par l’océan dont l’eau se réchauffe. Et plus il fait chaud, moins il y a de banquise, et moins il y a de banquise, plus le rayonnement est absorbé et la température de l’eau augmente etc. C’est un cercle vicieux », explique Samuel Morin.

Un cercle vicieux qui n’est pas sans conséquences car l’augmentation de la température de l’océan Arctique se répercute à l’échelle de la Terre entière. « Cela joue sur l’ensemble du système climatique, sur les trajectoires des dépressions, sur la température en Europe, le sens des courants etc. »

Voilà pourquoi une équipe de scientifiques de l’université d’Arizona a décidé de trouver une solution pour contrecarrer la diminution de la surface de la banquise. Ils assurent qu’en utilisant l’énergie produite par des éoliennes positionnées en Arctique, ils pourraient pomper de l’eau sous la banquise existante et la ramener vers la surface où elle pourrait geler plus rapidement.

En couvrant un peu plus de 10 % de l’Arctique avec des pompes à énergie éolienne, ils estiment que cette technique coûterait 500 milliards de dollars sur dix ans. « Toute action pour enrayer la diminution de la banquise a l’avantage de toucher aux plus puissantes des réactions du système climatique », avancent les chercheurs dans la revue Earth’s Future. Et c’est bien le problème…

Projections de particules, miroirs géants dans l’espace…

« Oui, recréer de la banquise permettrait d’en avoir une plus grande surface, mais quelles seraient les conséquences sur les courants marins ? On ne peut pas toutes les anticiper. On n’en sait pas assez pour prévoir à plus long terme les répercussions que de telles techniques pourraient avoir sur le climat », nuance Samuel Morin.L’ours polaire fait partie des animaux qui subissent de plein fouet les conséquences du changement climatique en Arctique et la fonte de la banquise. Ils marchent de longues distances sur cette surface, y chassent
et 
s’y reproduisent. 

 


(Photo : Mario Hoppmann/AFP)
Ces techniques, ce sont celles de la géo-ingénierie, des techniques qui visent à manipuler et modifier le climat et l’environnement de la Terre à grande échelle. Les arguments de telles méthodes ? Des solutions rapides. Mais pour le moment, aucune d’entre elles n’a jamais été testée grandeur nature.

« Il existe plusieurs approches, notamment pour limiter le rayonnement solaire à la surface de la Terre, explique le glaciologue. Certains proposent de projeter dans l’atmosphère des quantités de particules pour qu’elles reflètent une partie du rayonnement solaire, d’autres suggèrent de placer des miroirs géants dans l’espace Techniquement tout est possible, mais ça ne veut pas dire qu’il faut le faire », prévient-il.

Il y voit un risque : en se disant que quelqu’un va bien finir par trouver une solution technique pour enrayer le changement climatique, les gouvernements pourraient réduire les efforts qu’ils ont promis de faire pour diminuer les émissions de gaz à effet de serre. « Certes, c’est stimulant intellectuellement de chercher une solution, de faire des modélisations qui nous permettent de mieux comprendre le climat, mais ça ne peut pas être une alternative. »

Pour l’équipe de chercheurs de l’université d’Arizona, tous ces arguments sont valables, mais ils insistent sur la nécessité de voir le climat comme un système planétaire et d’accepter que les humains puissent y tenir un rôle actif.

Ils imaginent la réussite de leur technique « si notre approche permet de recréer de la banquise au-delà de ses niveaux historiques, notre approche pourra-t-elle être utilisée pour aider l’Arctique à refroidir la Terre plus efficacement qu’elle ne l’a été, dans les années 1980 et même avant ? »
Désolée pour la mise en page.....

... / ... Lire la suite


Médecins « privés de thèse ». Vers une réinscription à l’université ? - par Les Ormeaux le 27/12/2016 @ 14:02

Ouest-France, toute l’actualité locale et internationale Un amendement gouvernemental au projet de loi montagne qui prévoit que les étudiants en médecine généraliste de l’ancien régime puissent se réinscrire à l’université pour présenter leur thèse, va être examiné en deuxième lecture, demain, mercredi. Le texte redonne espoir à ces médecins interdits d’exercer pour ne pas avoir soutenu leur thèse à temps et obligés, parfois à bac +8, de pointer au RSA.

Des dizaines de médecins ont été subitement interdits d’exercer pour ne pas avoir soutenu leur thèse à temps. Une situation ubuesque que la ministre de la Santé, Marisol Touraine a promis de « traiter » fin novembre. Et qui fait l’objet d’un amendement gouvernemental au projet de loi montagne, qui sera examiné en deuxième lecture, demain, mercredi.

Ancien régime et futurs généralistes

Parmi ces médecins, Christian Gauchet, 47 ans, qui malgré son bac +8 en médecine générale et ses dix-sept ans d’expérience au Samu a dû se reconvertir comme agent immobilier. À l’origine de ses déboires et de ceux de ses confrères dits « privés de thèse », un décret paru en 2004 lors d’une réforme des études médicales.

Ce texte obligeait tous les étudiants généralistes de l’ancien régime (les résidents) à soutenir leur thèse avant la « fin de l’année universitaire 2011-2012 ». Problème : « personne ne nous a prévenus », rappelle Christian à l’AFP. Les futurs généralistes ont un délai de trois ans après la fin de leur internat pour leur soutenance, sauf dérogation. Mais pour les anciens résidents, « aucune date limite n’existait », assure Christian, reprenant espoir après 4 ans de chômage forcé.

« Je suis toujours allocataire »

Certains profitaient donc de la possibilité d’exercer temporairement sans diplôme, sous certaines conditions, notamment comme remplaçant, ou mettaient leur carrière entre parenthèses pour des raisons personnelles avant d’obtenir leur précieux sésame.

C’est ainsi que Christian a pu exercer une dizaine d’années comme « faisant fonction d’interne » dans les hôpitaux de Strasbourg et Saverne. « Le nez dans le boulot » et dans sa vie de famille, le Strasbourgeois repousse l’échéance jusqu’en 2013, après la fin d’un contrat. Mais quand il retourne à la fac pour soutenir sa thèse, « finalisée », on lui annonce qu’il est hors délai. Sans emploi, ni indemnité chômage (en raison de son statut d’étudiant), il finit par demander le RSA. « Je suis toujours allocataire », confie-t-il aujourd’hui.

Des conditions qui restent à déterminer

Ces résidents ayant validé toute leur formation, sauf leur thèse, le syndicat national des jeunes médecins généralistes (SNJMG) en a recensé une quarantaine. L’Ordre des médecins, qui « interpelle les autorités depuis 4 ans », n’a de son côté reçu que 27 dossiers, tempère son vice-président Patrick Romestaing.

Mais « on pense qu’ils sont au moins une centaine », assure Christine Wyttenbach (SNJMG), misant sur la médiatisation de l’affaire pour en « retrouver d’autres ». Pour l’heure, l’amendement gouvernemental prévoit que les « résidents » pourront se réinscrire à l’université pour présenter leur thèse… dans des conditions qui restent à déterminer.

... / ... Lire la suite


Nos centrales nucléaires n’ont jamais connu autant de problèmes - par Les Ormeaux le 04/12/2016 @ 19:01

Ouest-France, toute l’actualité locale et internationale
Défauts de qualité de l’acier de pièces essentielles, falsification de dossiers de fabrication : les centrales nucléaires n’ont jamais connu autant de problèmes.
Défauts de qualité de l’acier de pièces essentielles, falsification de dossiers de fabrication : les centrales nucléaires n’ont jamais connu autant de problèmes. | Photo : Benoît Tessier / Reuters
Par Serge POIROT.

Défauts de qualité de l’acier de pièces essentielles, falsification de dossiers de fabrication : les centrales nucléaires françaises n’ont jamais connu autant de problèmes. Douze réacteurs (sur cinquante-huit) sont à l’arrêt. Une situation très préoccupante...

« C’est un scandale ! », lâche Bernard Laponche, membre de l’association Global Chance. Après avoir découvert, en avril 2015, que l’acier de la cuve du réacteur EPR de Flamanville contenait trop de carbone, l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a ordonné à Areva et EDF de contrôler toutes les pièces susceptibles d’avoir le même défaut qui peut les fragiliser.

L’inspection a révélé que de nombreuses pièces sont concernées, notamment les fonds de quarante-six générateurs de vapeur équipant dix-huit réacteurs, fabriqués soit par Creusot Forges, filiale d’Areva, soit par le japonais JCFC. Ces gros échangeurs servent à refroidir les réacteurs et générer la vapeur qui fait tourner les turbines produisant l’électricité.

Les contrôles sont en cours. Douze réacteurs (sur cinquante-huit) sont à l’arrêt pour cette raison.

 

Douze réacteurs (sur cinquante-huit) sont à l'arrêt.
Douze réacteurs (sur cinquante-huit) sont à l'arrêt. | Infographie : Ouest-France

 

« Des écarts inacceptables »

Que se passerait-il en cas de rupture ? Hypothèse émise par Bernard Laponche, ancien ingénieur au Commissariat à l’énergie atomique : « Si un fond de générateur de vapeur pète, l’eau s’en va, la température du réacteur monte et on risque une fusion du cœur, ce qui s’est passé à Fukushima. » 

À l’occasion de ces vérifications, les ingénieurs d’Areva ont aussi inspecté les dossiers de fabrication, archivés chez Creusot Forge. Ils ont découvert des « dossiers barrés », distincts des dossiers officiels, indiquant que des pièces fabriquées avec des défauts ont été livrées sans que les clients en soient informés. Près de 10 000 dossiers, remontant jusqu’aux années 1960, doivent être vérifiés. 

« Des écarts inacceptables », a reconnu Bernard Fontana, le 25 octobre, devant les députés de l’Office parlementaire des choix scientifiques et techniques (Opecst). Évoquant de « possible développements judiciaires », le patron d’Areva NP a indiqué que, sur 430 « dossiers barrés », 88 touchent aux réacteurs nucléaires en exploitation, mais un seul pourrait avoir des conséquences sur la sûreté. Il concerne un générateur de vapeur du réacteur Fessenheim 2. L’ASN a ordonné son arrêt. 

« Situation très préoccupante »

Interviewé le 23 novembre par Le Figaro, Pierre-Franck Chevet, directeur de l’ASN, a reconnu que « la situation est devenue très préoccupante ». Le 9 novembre, déjà, dans Les Échos, il constatait : « Nous n’avons jamais connu un tel cumul de problèmes. »

L’ASN a signalé les falsifications de dossiers au procureur de la République de Chalon-sur-Saône. Ce dernier, interrogé, refuse de dire s’il a ouvert une enquête ou classé l’affaire.Devant l’Opecst, le directeur du parc nucléaire d’EDF, Dominique Minière, a estimé que le traitement de ces « écarts »allait coûter « des centaines de millions d’euros ». Néanmoins, il veut rester optimiste et promet que le grand ménage en cours rendra « l’industrie nucléaire encore plus forte ».

... / ... Lire la suite


4 vidéos à visionner (Fest-Noz - Denes Prigent - Frère Guichen, etc... - par Les Ormeaux le 23/11/2016 @ 12:36

 


 

... / ... Lire la suite


La fille de Brest. « Une histoire gravée dans le marbre » - par Les Ormeaux le 11/11/2016 @ 18:35

Le Télégramme, l'info vous suit partout 

Depuis l'interdiction du Mediator, obtenue de haute lutte en novembre 2009, le Dr Irène Frachon, pneumologue au CHRU de Brest, est toujours sur le ring pour défendre les victimes. Le film « La fille de Brest » d'Emmanuelle Bercot sort le 23 novembre et raconte le combat de celle qui est devenue un symbole. 



Le Dr Irène Frachon, pneumologue, héroïne de "La fille de Brest" dans son...
image: http://www.letelegramme.fr/images/2016

Quand avez-vous vu pour la première fois le film « La fille de Brest » qui relate votre combat contre le Mediator et le laboratoire Servier ? 
Je l'ai vu en famille, en juin dernier. La réalisatrice Emmanuelle Bercot m'avait proposé d'aller voir une version de travail, à Paris, au cinéma l'Odéon qui est un petit cinéma qui appartient à la maison de production Haut et court. Elle pensait que je viendrais seule mais je l'ai appelée pour lui dire que je venais avec Bruno, mon mari, et mes quatre enfants, elle a éclaté de rire et elle m'a dit bien sûr évidemment ! Le début du film, c'est une femme qui nage dans l'océan. C'est plein de sens parce que la mort par oedème pulmonaire et insuffisance cardiaque, c'est la noyade par l'intérieur. J'ai été noyée aussi par cette histoire, c'est un tsunami qui m'est tombé dessus.


“La Fille de Brest” : le combat d'Irène Frachon sur grand écran en avant-première 


Comment avez-vous réagi face à votre double cinématographique ? 
On y est allé en se disant : « Bon forcément, on va trouver que cela sonne un peu faux et il va falloir qu'on prenne du recul vis-à-vis de ça ». Et en fait, pas du tout. On est sorti de là en se disant que c'était top, c'était un vrai film de cinéma. Comme me dit mon mari, j'ai beau connaître l'histoire, j'ai suivi ça comme un polar. Cela nous a bluffés de voir qu'on était happé par l'histoire. Mais il y a une distance, c'est moi et ce n'est pas moi. C'est un film que je trouve réussi en tant que Brestoise. Les prises de vue de Brest, du Brest moderne, de l'hôpital et de la mer sont magnifiques. Je pouvais difficilement espérer mieux pour graver dans le marbre cette histoire-là.

... / ... Lire la suite


Création 2016 - "D-Dao" | Dañs Excellañs 2016 - Quimper - par Les Ormeaux le 25/10/2016 @ 13:28


Challenge de la dérobée 2016 à Guingamp - 21 Août Intégral - par Les Ormeaux le 25/10/2016 @ 13:26


Comment bien nettoyer son PC sans le réinitialiser - par Les Ormeaux le 17/10/2016 @ 21:49

 Qui dit nettoyage de PC dit nettoyage de disque dur. C'est une manipulation que vous devez réaliser régulièrement pour éviter à votre ordinateur de buguer complètement ou tout simplement de fonctionner au ralenti. On vous donne quelques conseils pour retrouver votre ordinateur d'origine. 

 

Votre PC, au fur et à mesure de son utilisation, accumule des fichiers, des données qui le rendent plus lourd. A force d'accumulation, c'est comme s'il y avait des bouchons à la porte de votre ordinateur et c'est pour cette raison qu'il faut l'aider à se désenclaver. La bonne nouvelle, c'est que vous n'avez pas besoin de l'intervention d'un professionnel pour résoudre vos problèmes. C'est assez simple.

Nettoyez le disque dur

Il vous faut pour cela lancer l'application "Nettoyage de disque". Sur les versions anciennes de Windows (95, 97, XP, etc.) cliquez sur "Démarrer", puis sur "Accessoires", afin de se rendre dans le menu "Outils système". Pour aller plus vite, il est possible de se rendre sur "Démarrer", puis sur "Exécuter", et de taper "cleanmgr" dans la zone " Ouvrir ".

Autre raccourci : à partir du "Poste de travail" (Ordinateur sous Vista, 7 et 8), cliquez-droit sur le disque que vous souhaitez nettoyer (commencez par le disque local), puis cliquez sur "Propriétés". Cliquez sur l'onglet "Général", puis sur "Nettoyer votre disque". Cliquez ensuite sur "Nettoyer les fichiers systèmes", et cochez les cases des fichiers que vous souhaitiez supprimer (Fichiers internet temporaires, Corbeille, etc.).

Si vous avez peur d'effacer des fichiers importants, il est possible d'obtenir une description du dossier en sélectionnant le fichier, ou d'afficher leurs contenus, en cliquant sur "Afficher les fichiers". Enfin, cliquez sur "OK" et "Supprimer les fichiers" pour confirmer.

Sur Windows 10, le dernier né de Microsoft, la démarche est simple. Appuyez simultanément sur les touches "Windows" qui se trouve près du "alt gauche" et sur " R ". Entrez ensuite le nom de dossier "cleanmgr", puis choisissez les dossiers que vous souhaitez supprimer. Enfin, cliquez sur " OK ".

Téléchargez CCleaner

Compatible avec toutes les versions de Windows, le logiciel CCleaner est le plus recommandé pour aller plus loin dans le nettoyage de votre PC, du fait de sa fiabilité et de son efficacité.

Le lancement de CCleaner est simple. Après avoir téléchargé le logiciel, il vous faudra l'installer. Lorsque vous allez le lancer, sélectionnez une langue, validez votre choix en cliquant sur "OK". Lorsque la fenêtre d'installation apparaît, cliquez sur "Installer", puis acceptez la licence d'utilisateur en vous dirigeant sur "J'accepte", et enfin sur "Installer". La fenêtre devrait se fermer toute seule après l'installation, sinon fermez-là. CCleaner vous demande l'autorisation pour "Analyser de façon intelligente les cookies à garder". Cliquez sur "Oui". Une fois l'analyse faite, CCleaner s'ouvre.

Supprimez les logiciels nuisibles

Le nettoyage du disque dur n'est qu'une mince étape. Le plus dur reste à faire avec la suppression des logiciels nuisibles à la sécurité de Windows. Comment faire ? Rien de plus simple : on va utiliser, soit l’outil de Windows "Programmes et fonctionnalités", soit CCleaner, si vous avez décidé de l'installer. Pour ce processus, les deux ont la même efficacité, donc pas de préférence.

Vous trouverez "Programmes et fonctionnalités" en tapant sur la barre de recherche qui se trouve sur le poste de travail ou en bas à gauche pour Windows 10. Ensuite, une fenêtre apparaît avec de nombreux programmes. Il faut maintenant déterminer quels sont les bons et quels sont les nuisibles. Vous pouvez "désinstaller ou modifier" un programme. Si vous utilisez CCleaner, sélectionnez "Outils", puis "Désinstallation de programmes".

Pour ne manquer aucun logiciel malveillant, prenez le temps de lire attentivement chaque ligne. Une ligne correspond à un programme installé sur votre système. Dès que vous repérez un logiciel suspect, avec un nom inconnu, supprimez-le. Vous aurez toujours moyen de le réinstaller par ailleurs. Pour se renseigner sur sa nature, n’hésitez pas à faire une recherche sur Google avec le nom du logiciel, vous obtiendriez des indications sur son utilité et sa fonction.

Après avoir réalisé cette opération, vous avez déjà bien balayé la masse d'indésirables présents sur votre ordinateur, mais pourquoi s'arrêter en si bon chemin. On vous conseille une dernière étape qui devrait redonner du tonus à votre machine. 

Téléchargez ADWCleaner pour terminer

Les virus, malwares et spywares sont parfois plus malins, et aiment se cacher dans des endroits bien plus intimes de votre PC, histoire que vous ne les repériez pas. Pour aller les déloger, il va falloir utiliser un logiciel : ADWCleaner.

Téléchargez-le, ouvrez-le, installez-le (même chose que pour Ccleaaner) et débutez une analyse de votre système. Le logiciel va repérer des menaces pour votre ordinateur. Soyez curieux et regardez de quoi il s'agit. Tout ce qui est coché sera supprimé par ADWCleaner. Par défaut, ce dernier sélectionne tous les éléments qu’il a identifiés. Si vous pensez que le logiciel s’est trompé, décochez la case correspondant au fichier suspect. Ensuite, lancez la suppression de ces fichiers.

Voilà, vous venez de redonner une seconde jeunesse à votre PC.

... / ... Lire la suite


VidéoFisel-Maraichine par Tristan Gloaguen - par Les Ormeaux le 17/10/2016 @ 21:00


10 conseils pour acheter une voiture d’occasion - par Les Ormeaux le 26/09/2016 @ 12:43

1. Vendeur particulier ou professionnel, que choisir ?

Acheter à un professionnel vous assure une garantie mécanique minimum de trois mois. En cas de casse du moteur, du levier de vitesse ou en cas de découverte de vices-cachés (voir le conseil numéro 10), le vendeur est responsable.
 A l’inverse, si vous achetez votre véhicule chez un particulier, vous n’avez que très peu de garanties. Si jamais le vendeur particulier ne veut pas reconnaître sa faute ou faire intervenir un expert, vous pourrez déposer plainte. Mais cela peut vous coûter beaucoup d’argent et de temps.

Choisir sa voiture chez un professionnel semble donc être la solution la plus avantageuse. Mais n’oublions pas que cette « garantie mécanique » a un coût. N’hésitez pas à comparer les prix, vous pourriez avoir quelques bonnes surprises.

2. Vérifiez la valeur de la voiture choisie

Vous avez trouvé la voiture idéale, mais le prix demandé correspond-il à la valeur du véhicule ? Avant de vous précipiter, vérifiez l’argus, autrement dit la cote de la voiture. Celle-ci est estimée en fonction de l’état du marché, du modèle, de son kilométrage, de sa date de mise en circulation, de son carburant, de sa puissance et des options dont la voiture est équipée. Pour la calculer gratuitement, consultez 


3. Quelles questions poser au vendeur lors de l’achat d’une voiture d’occasion ?

Lors de votre premier échange, que ce soit au téléphone ou face à face, il y a des questions incontournables à poser pour éviter de se faire avoir. 

- Quelle est la consommation de la voiture ?
- Quel est son kilométrage ?
- Quelle était l’utilisation de ce véhicule ?
- Est-elle une première main ?
- Y a-t-il des rayures ou des coups sur la carrosserie ?
- Y a-t-il des éléments manquants concernant les équipements de la voiture ?
- Le véhicule a-t-il déjà été accidenté ?
- De quand datent les dernières réparations ?
- Pourquoi voulez-vous vendre votre voiture ?
- Peut-on discuter du prix du véhicule ?
- Quand peut-on essayer la voiture ?

4. Examinez la voiture dans ses moindres détails

Lors de votre rendez-vous avec le vendeur, n’hésitez pas à passer le véhicule au peigne fin ! Si vous êtes accompagné d’un connaisseur, c’est encore mieux ! Plus vous l’ausculterez, moins vous aurez de mauvaises surprises après. Avant toute chose, convenez d’un horaire en journée. Le jour, les défauts seront plus visibles.
Commençons par la partie extérieure. Placez-vous à quelques mètres du véhicule pour le voir dans son ensemble. Examinez ensuite, de plus près, la carrosserie, les pneus, les phares, les rétroviseurs, le toit, sans oublier le dessous de la voiture.

Ouvrez le capot et vérifiez le niveau d’huile et demandez au vendeur d’allumer le moteur, d’accélérer, de klaxonner, d’allumer les phares, les clignotants… Bref ne négligez aucun détail ! N’oubliez pas de poser des questions un peu plus techniques au vendeur. Par exemple : de quand date la batterie ? Quand la courroie a-t-elle été changée ? (elle doit être changée entre les 80 000 et 160 000 kms selon les modèles, vous trouverez cette information sur internet ou dans le carnet d’entretien), si le véhicule roule au diesel, quand les filtres ont-ils été remplacés ?Enfin, à l’intérieur de la voiture, essayez les rétroviseurs, les essuie-glaces, les vitres, le réglage des sièges, les éclairages, l’autoradio, les témoins lumineux, la climatisation, vérifiez la roue de secours… Sachez qu’un entretien de la « clim » doit être fait tous les 2 ans avec changement du filtre à pollen et avec appoint de gaz.

... / ... Lire la suite


LES SUPER POUVOIRS DE NOTRE CERVEAU - par Les Ormeaux le 24/08/2016 @ 16:17

Les pouvoirs extraordinaires du corps humainFrance2.fr Savez-vous que...

Nous avons, quel que soit notre âge, 100 milliards de neurones ?
Les informations qui circulent dans notre cerveau peuvent aller jusqu’à 400 km/h ?
Nous n’avons pas une seule intelligence, mais au moins huit ?
Notre cerveau est plastique et se modifie tout au long de notre vie?
Nos capacités cérébrales dépendent de la génétique à seulement  20% et de notre environnement et de nos apprentissages à hauteur de 80% ?
Les bébés savent, dès 4 mois et demi, faire des additions et des soustractions ?
Nous avons dans notre cerveau des neurones-miroir qui nous permettent de ressentir de l’empathie pour autrui ?
Quand on écoute de la musique, notre cerveau est beaucoup stimulé et fonctionne à plein régime ?
Nous pouvons tous optimiser notre créativité ?
Nous pouvons activer dans notre cerveau des zones liées à la joie, rien qu’en souriant et même si nous n’en avons pas envie ?
Nous pouvons optimiser et entraîner notre mémoire à n’importe quel âge, avec des astuces
toutes simples ?

 

Des révélations stupéfiantes sur les pouvoirs notre cerveau

Un an et demi après leur aventure aux Etats-Unis sur les pouvoirs extraordinaires de notre cerveau, Adriana Karembeu et  Michel Cymes reprennent la route, en France et en Espagne, pour nous parler des toutes dernières découvertes en la matière.

Avec des scientifiques internationalement reconnus, il expérimenteront des situations troublantes. Adriana prendra par exemple possession du corps de Michel, et inversement, en pensant que c’est son propre corps ! L’occasion de comprendre comment notre cerveau nous permet d’avoir conscience que nous sommes nous, et pas quelqu’un d’autre.

Adriana et Michel apprendront que nous n’avons pas une intelligence mais au moins huit. Une des grandes nouveautés des neurosciences ces trois dernières années. Ils se demanderont quelle est leur intelligence dominante : logico-mathématique, verbale et linguistique, musicale, kinesthésique (motricité fine, sens du mouvement), naturaliste (sensibilité à l’environnement et aptitude à classer le monde en catégories, sous-catégories), visuo-spatiale (capacité à se repérer dans l’espace, à s’imaginer la réalité en 2D ou en 3D), interpersonnelle (intelligence de l’autre, de ses émotions), intrapersonnelle (intelligence de soi, de ses forces, de ses faiblesses) ? Nous pourrons tous jouer avec eux devant notre écran, et ainsi mieux comprendre comment notre cerveau fonctionne et quelles sont nos formes d’intelligence dominantes.

Dans une crèche, au contact de bébés d’un an et demi, ils apprendront que nous avons tous le sens inné du nombre et que les tout petits sont capables de faire des additions et des soustractions à partir de 4 mois et demi ! Une révélation scientifique, aujourd’hui validée par les IRM.

Avec 256 électrodes placées sur leur  crâne, Adriana et Michel testeront aussi leur créativité. Ils se rendront compte que nous pouvons tous l'exercer et l'optimiser. Utile pour sans cesse trouver de nouvelles solutions à des problèmes rencontrés dans la vie de tous les jours.

Avec des comédiens, Adriana et Michel comprendront comment notre cerveau parvient à décrypter les émotions des autres, notamment grâce aux expressions du visage.

Avec le champion de France de la mémoire, Adriana et Michel se rendront à Tolède, en Espagne, pour participer aux championnats internationaux de la mémoire. L’occasion de comprendre comment font ces supermen du cerveau pour retenir plus de 500 nombres dans l’ordre, en seulement 5 minutes ! 

Une expérience ludique et interactive et des révélations stupéfiantes sur le chef d'orchestre de notre corps et de notre conscience : notre cerveau !

Adriana Karembeu et Michel Cymes, un duo gagnant

La complicité et la complémentarité d’Adriana et de Michel ont conquis les téléspectateurs lors des 9 premiers numéros des Pouvoirs extraordinaires du corps humain. Leurs aventures communes et les émotions qu’ils ont partagées ont renforcé leur connivence. Michel Cymes, médecin et animateur préféré des Français, nous livre ses connaissances avec humour, accompagné d’Adriana Karembeu qui a étudié la médecine pendant 3 ans. Un duo de choc pour vivre de nouvelles expériences à la découverte du corps humain.


Au cours de l’émission, Adriana et Michel échangent questions, réponses et réflexions personnelles. Ils nous décryptent ce qu’ils ressentent et nous révèlent comment leur corps et leur cerveau fonctionnent, à travers les différentes expériences qu’ils vivent.

Une émission de découverte pour toute la famille.

Au contact de personnages hors du commun et de scientifiques passionnés, ils vont découvrir de nouveaux  secrets du cerveau et apprendre notamment que nous possédons tous plusieurs intelligences, une découverte enthousiasmante et pleine d’optimisme.

Toutes les informations-clés sont relayées par des infographies d’une grande précision, qui permettent de pénétrer à l’intérieur du corps et du cerveau. Chaque mécanisme est illustré de façon simple et claire. Un vrai cours de sciences-nat’, ludique et spectaculaire.

 

Des rencontres étonnantes et drôles

Adriana et Michel rencontrent des personnalités hors du commun qui savent repousser leurs capacités cérébrales à l’extrême.

Sébastien Martinez est le champion de France de la mémoire. Il n’a que 28 ans mais cet ancien ingénieur de l’Ecole des Mines détient déjà 11 records de France. Il nous apprendra ses techniques. Adriana et Michel les testeront eux-mêmes.

Avec le neuroscientifique  Alessandro Farné, de l’INSERM à Lyon, Adriana et Michel prêteront leur corps à la science et expérimenteront l’impossible : prendre possession du corps de l’autre !

Stephen Wilthshire est un artiste britannique hors normes. Il est capable de dessiner à main levée, rien qu’en faisant appel à sa mémoire, les moindres détails d’une ville qu’il n’a pourtant observée qu’une heure ! Il fait partie des 5 % d’autistes Asperger doués de capacités extraordinaires. Mais pourrions-nous tous accéder à ces pouvoirs et surtout... comment ?

A l’institut aéronautique de Toulouse, nous embarquerons avec des pilotes et nous les mettrons à rude épreuve, en simulant des pannes d’appareil au cours de vols réels. Nous comprendrons ainsi quels sont les effets du stress sur notre cerveau et comment il nous empêche de nous concentrer de façon optimale.

Avec Véronique Garras, Directrice de l’école publique Les Hauldres en région parisienne, nous pourrons constater de façon très claire que nous sommes tous intelligents, mais de façon différente. Et qu’un élève qui n’excelle pas en maths ou en français –et qui est donc considéré en échec scolaire dans bien des cas- a forcément d’autres ressources en lui, qui ne demandent qu’à se révéler. 

Avec Ethan Bortnick, musicien américain de 14 ans, entré dans le livre des records pour avoir fait sa première tournée solo à 9 ans, et avec Matthieu Boré, célèbre jazzman (le « Harry Connick Junior français », comme on l’appelle), nous comprendrons que la musique est bénéfique pour notre cerveau, à tout âge. Que l’on soit musicien chevronné ou simple auditeur, elle stimule nos capacités cognitives de façon incroyablement complète. Et bonne nouvelle : les effets bénéfiques sont les mêmes avec de la musique classique ou du rock!

... / ... Lire la suite


Vidéos de divers chanteurs, groupes celtes, cercles celtiques regroupées - par Les Ormeaux le 01/05/2016 @ 17:32

Les Prêtres - Hymne à la joie - Les Choristes - ''Vois Sur Ton Chemin''

 

Bonjour à tous, vous plairait-il que je mette des vidéos dans les nouvelles ou
trouvez-vous 
cela inapproprié ? 

Donnez-moi  votre avis en m'envoyant un courriel. Recopiez cette adresse dans votre messagerie: 
webmaster@fouesnant-les-ormeaux.fr   Merci 
       
   
  

Les Choristes - ''Vois Sur Ton Chemin''. ( En Concert )

 


 Vidéo du Cercle celtique 'Eostiged ar Stangala" de Quimper (2013)

  
 

Vidéos musicales pour le plaisir


 Les Marins d'Iroise - Santiano (clip officiel)


 

Vidéos de divers chanteurs et groupes celtes


bagadig cap-caval et bugale ar-vro-vigouden - brodeuses 2010



  
 
Vidéos de divers chanteurs et groupes celtes

bagadig cap-caval et bugale ar-vro-vigouden - brodeuses 2010



  
 


Vidéos de divers chanteurs


  

 


 




Laurent Gerra parodie Michel Galabru Fabrice Luchini


 

... / ... Lire la suite


 
Divers Festivals

 Vidéos fête des 
Pommiers
 2013 
à Fouesnant
Fêtedes Cerisiers 2013
Gouel Ar Vugale 2013
Reine des Cerisiers 
2012-2013 
Énora Tudal 
Fête des Brodeuses
2013 
Aubade
à la reine
 Anaïs Meur
Vidéos Antourtan

Vannes. Le palmarès du
4e Tradi'deiz
 2013
 Festival Interceltique 
de Lorient
  
2013

Bagadoù résultats Championnat 
Bagad Kemper
vainqueur àLorien
t
 Vidéos 2013 des mercredis de Péniti
 ForêtFouesnant

 Vidéos de Tristan Gloaguen 2013(1)
Vidéos de Tristan Gloaguen 2013(2) 
Vidéos du bagad 
de Nantes
Vidéos YouennPiper
2014
 Vidéos de 
Thierry Riou 
Bagadoù Résultats championnat 2 février 2014 
 Fête des Filets bleus 2014 à Concarneau
Fête des Pommiers 2014 à Fouesnant
 Vidéos de Tristan Gloaguen 2014
Cercle "Danserien Kemper"(vidéo) 
 Dañs Excellañs 
2013
 Résultats
 Vidéos spectacle 
10 ans du Nautile
 
La Forêt-Fouesnant
Cercle  Ar Vro Vigouden 
 Fêtes et Évènements 
bretons en 
2013
Photos des canditates 
au titre de reines
Vidéo Filets Bleus 2013
 à Concarneau

Festival de la 
Saint-Loup
 2013
 Danse bretonne
 Évolution
 qui fait 
débat
Vidéos FIL 2013
Vidéos du Festival Interceltique 
de Lorient 
2014 
Vidéo Kevrenn Alre
Concert Athena 
Auray
 Sept 2013
Fête des Pommiers 2014 à Fouesnant

Photos spectacle à Peniti le 23 juillet2014
 Bagadoù concours du 
2 février 
2014
Bagadoù Championnat Vannes 6 avril 2014
 Festival de Cornouaille 
2014
 
à Quimper 
Dañs Excellañs
2014
 Résultats
 Vidéo du défilé de la Fête
 
des Cerisiers 
la Forêt-Fouesnant
 Vidéo de PereFrancoisFinal 
du cercle de Spézet 
à Peniti 
2014

Arnaud Le Pagemon fils s'accompagne au piano le 8 juillet 2016 à Fouesnan

puce Distance entre les communes voisines de Fouesnant  et les grandes villes
 Prévisions météo à Fouesnant       puce Le Conjugueur en français

 
Archives depuis

 La création du site
N'hésitez pas à les consulter
pour retrouver des
articles
avec photos et Vidéos 
 
Bagadoù articles
2009-2013

Actualités bretonnes

2016
Vidéos et photos bagad de Vannes à Bénodet août 2016
 Vidéos (12)
bagadoù et chanteurs 2016

Résultats concours de la Saint-Loup à Guingamp - Eostiged ar Stangala sacré champion
Vidéos Dañs Excellañs 2016
Vidéos 2016 Albums 1-2-3 regroupés par
Tristan Gloaguen
Fête des Cerisiers 2016
La Forêt-Fouesnant
Fête des Pommiers 2016 Fouesnant 29170
2015
Fête des Pommiers 2015 Vidéo
à Fouesnant 29170
 Vidéo du Festival interceltique de Lorient 2015 (durée2h59)
War'l leur
Pérennisation du vestiaire
traditionnel de Bretagne
Kendal'ch Concours de costumes 2015 
Album photos de Fred Harnois 
Le Coin de l'artiste à Fouesnant 29170

Bagad Bro Landern et lecercle celtique 
Eskell an Elorn 
à 
New york
 
Festival Cornouaille 2015. Avec Miossec, Dan Ar Braz, Nolwen Korbel..
Résultats et Vidéos de YouennPiper 2015
du Championnat des Bagadoù du 8 février 2015
L'incroyable succès 
du bagad de Vannes
Petit lexique du breton

DéfensePaysFouesnant

Assoc Foën Izella 
 

Jadis en pays fouesnantais

Faits divers" il y
cent ans déjà
La vie autrefois
Littérature fouesnantaise

La nostalgie de Beg-Meil

Au Bistrot chez Nédélec

Évènements historiques
Fouesnant entre
1807 et 2000
 

Menhirs fouesnantais

 Tous les articles ici
Toponymie : Fouesnant

Menhir de 7m30-19 tonnes - Relevage à l'ancienne à Plabennec
Une première mondiale

Un Cairn c'est quoi ?

D'hier à aujourd'hui

 Hôtel de la Pointe
de Mousterlin

 
Cidrerie de Menez Brug à Fouesnant
 Cartes postales anciennes


Broderie des costumes

  Pascal Jaouen 
brodeur et styliste
 ouvre
boutique à Quimper

 puceBroderie des costumes bretons

.

La Forêt-Fouesnant

Découvrez ce Village pittoresque
Marina de Port-la-Forêt : désenvasement 2013
puce
Horaires des marées
et Météo en direct
de
Port-la-Forêt  
 
Spectacles et Animations année 2016 sur le site de
l'Office du Tourisme

Chantier naval Henaff

Au Guilvinec

Mise à l'eau du chalutier
le "Lagon"

W3C CSS Skins Papinou © 2007 - Licence Creative Commons
^ Haut ^