Fouesnant Divers


Que s'est-il passé au pays fouesnantais il y a exactement 100 ans ?



Tempêtes sur les côtes finistériennes

Phare mythique Ar Men
Construction


Vieux gréements à Pont-Aven - Fête la
"Belle Angèle"


Ile les "Moutons" Archipel des Glénan

Découvrez un album photos de superbes Canards 
Mandarins et Carolin
par Jean Caveng

Renouveau
Village de vacances
à Mousterlin

Album photos à voir

Sentier côtier de Beg-Meil à Fouesnant  
enfin accessible

Voir l'album photos
17 avril 2015

Démolition hôtel de la Plage à Beg-Meil en 2004


L'ouragan de 1987 à Fouesnant

Baignade des Otaries 28 décembre
2014 au Cap-Coz 

Programme des Festivités à l'Archipel

 Magazines 
2013-2014-2015
Dossier de presse agrandissement de la mairie de Fouesnant

Les coordonnées
Service Public
Programme à l'Archipel

Archipel des Glénan
Pardon 1 sept 2013

Ronds-points
2009 à
 2016

 Patrimoine  religieux du canton fouesnantais
 

Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Chroniques

Fouesnant en 1914

 Les Révoltes du papier timbré et des
Bonnets rouges
1675

Histoire des ardoisières bretonnes

Les légendes entre
mythe et réalité

Parcours de vies 
de 1917
 à nos jours

Portraits de fouesnantais

Souvenirs...souvenirs
par Maryvonne
et Jean-Marie

2016 Annick Le Douget nous révèle dans son livre le scandale de la
poudre Baumol


Voir l'album photos lors de sa conférence

Jadis en pays fouesnantais

 Faits divers il y a
cent ans

 La vie autrefois

 Littérature fouesnantaise

 La nostalgie de
Beg-Meil

 Au bistrot chez
Nédélec

 Évènements historiques

 Fouesnant entre
1807 et 2000

Association Foën Izella 

Annick Le Douget 
Actualités 2013

Les articles du site

Fermer Antarctique

Fermer Aurores boréales

Fermer Dangers du nucléaire

Fermer Divers inclassables

Fermer Fouesnant en 2011

Fermer Fouesnant en 2012

Fermer Fouesnant en 2013

Fermer Fouesnant en 2014

Fermer Fouesnant en 2015

Fermer L'archipel : Centre...

Fermer Lavoirs de Pleuven

Fermer Papillons

Fermer Pardon grande Troménie

Divers

puce Dates Fest-Noz

Méthode ludique pour apprendre les table de multiplications

Résultat de recherche d'images pour "images table de multiplication"


puceLes grains de sel du Télégramme

 

Pêche : Les Bolincheurs à nouveau dans la baie en juin 2010

 Les bolincheurs dans la baie de la Forêt-Fouesnant

 

L'anchois ou Engraulis encrasicolus, est un poisson de petite taille, d'environ 10 à 15 cm. Sa morphologie est assez comparable à celle de la sardine et, comme elle, il se nourrit de plancton. 
L'anchois se déplaçant en groupes de millions d'individus, son arrivée près des côtes est généralement déterminée par la température de l'eau au printemps mais surtout en automne. Il remonte parfois jusqu'aux estuaires mais stationne rarement longtemps sur le littoral. 
La période de pêche est très militée et souvent fractionnée, l'anchois étant un poisson saisonnier versatile. Sa présence peut-être décelée deux ou trois jours durant, puis il disparaît pour réapparaître deux ou trois semaines plus tard. 
Les marins guettent ses arrivées avec attention.

La pêche à l’anchois ou à la sardine

Photos Nicole Le Page

Les marins de Cornouaille sont depuis des siècles pêcheurs de sardine et d’anchois.

Aux filets droits en coton (que l’on tannait afin de renforcer leur résistance à l’eau de mer), allaient bientôt succéder le filet tournant, également appelé bolinche. Son autorisation d’emploi remonte au printemps… 1926, date à laquelle un décret ministériel permit aux marins d’utiliser cet appareil baptisé « modèle Saint-Guénolé ». En avance sur son temps, on efficacité avait à l’époque déclenché bien des polémiques : dès le premier jour de pêche en effet, il avait permis de capturer 750 000 sardines ! Une record d’anthologie à l’époque ! Employé donc tout d’abord pour la sardine, puis pour l’anchois, l’utilisation de la bolinche va rapidement se généraliser tout le long de la côte.

Saint-Guénolé-Penmarc’h, site emblématique du Pays Bigouden, port hauturier de tout premier rang, 1er port sardinier de France, mène d’importantes campagnes d’anchois. Au pied de son phare, l’amer le plus remarquable de la région haut de 67 mètres ( ?) célèbre dans le monde entier, les marins ont bâti leurs maisons, élevé les quais, creusé le port. La flottille de pêche de Saint-Guénolé comprend une quarantaine de chalutiers-hauturiers, 25 côtiers, une trentaine de canots, 4 gros fileyeurs et 7 à 8 bolincheurs.

 

L’ensemble des bateaux est aujourd’hui muni d’appareillage de haute technologie, tant au niveau du repérage que de la sécurité. Les sondeurs couleurs, les tables traçantes vidéos, les ordinateurs de bord, sont de véritables centrales informatiques équipées des matériels les plus performants. L’utilisation des satellites par exemple, comme dans le cas du Global Positioning Sytem, le fameux G.P.S. qui a révolutionné les déplacements en mer, permet une navigation et des enregistrements de données d’une précision inouïe. Et dans l’étrange lumière rouge, semblable à celle d’un laboratoire, qui baigne la passerelle, les informations les plus variées défilent sur les écrans dans des conditions idéales de confort visuel.

Le principe de la bolinche – il y en a deux à bord- est celui d’un long filet de 330 mètres sur 60 mètres de chute. La partie inférieure, lourdement lestée, le maintient perpendiculairement dans l’eau alors que la bateau amorce une manœuvre d’encerclement du banc de poissons. La bolinche se transforme alors un grand cylindre dont il s’agit de fermer le fond. Des anneaux d’acier placés tous les 11 mètres, les margouillets, placés sur un câble, ou coulisse, transforment alors l’appareil en un immense bol capable de d’emprisonner plusieurs tonne de poisson.
Une partie de la bolinche est relevée mécaniquement à l’aide du « power-block », un système de type californien très puissant muni d’une grosse poulie en caoutchouc. La démultiplication des forces alliée à la puissance du moteur permet au power-block de soulever des charges importantes, qui ne seraient pas manipulables par l’équipage.

-
Les anneaux de fermeture du fond, en réalité des mousquetons en acier inoxydable, coulissent et s’empilent en se rangeant sur le câble qui les actionne. Leur rôle est fondamental dans la fermeture rapide de la poche.


L’énorme poids de plusieurs tonnes , la chair fragile de l’anchois, interdisent l’embarquement de la bolinche sur le pont. 
L’un des bords du filet, relié au bateau à l’aide d’un mousqueton à manille va permettre de refermer un peu plus la nasse. La ligne des flotteurs est remontée grâce au palan d’un bras de charge. 
Le reste de l’opération se déroule à la main, les bord du filet étant halés le plus près possible du flanc du navire. 
Si la mécanisation a simplifié certains aspects du travail, les gestes traditionnels demeurent, qui consistent à haler lentement la bolinche à la main. Comme autrefois, chaque homme tient toujours le même poste sur le pont, et la nasse est soigneusement embarquée.

L’anchois, ou « Engraulis encrasicaulus » (en anglais Anchovy, en allemand Sardellen, en italien Acciuga) est un petit poisson argenté d’une dizaine de centimètres de long. Dit pélagique, il vit en haute mer, l’anchois se rapproche de la côte pour le frai à la belle saison. Il se déplace en bancs de plusieurs millions d’individus, au gré de ses besoins en zooplancton, fréquentant alors les fonds de 10 à 70 mètres du littoral ouest breton, se rapprochant parfois des estuaires. La femelle pond 15 à 20 000 œufs, mais une grande partie des alevins sera victime des prédateurs. Les déplacements en masses gigantesques de l’anchois alertent tous les poissons carnassiers, dont le bar, et on assiste alors à des poursuites furieuses. Piquant du ciel comme des avions, les oiseaux de mer participent activement à la curée dans des chasses toujours spectaculaires. 
Les bancs d’anchois affolés tentent d’échapper à ces ennemis impitoyables, 
nageant ou ailés qui fondent avec rage dans leurs rangs.

 

Sur le littoral, l’anchois fait traditionnellement l’objet de préparations familiales simples et délicieuses. L’étonnant François de Rabelais lui-même, devait déjà en être un amateur à l’époque de la Renaissance, si l’on en croit le festin de Pantagruel où, dans un fastueux menu de poissons de mer, l’anchois voisinait avec le turbot, la sardine, le maigre, les casserons, le saumon… et la baleine. De nos jours généralement conservé dans le sel, en marinade, à l’huile, dans le vinaigre, l’anchois est aussi bien utilisé en produit festif, au cours d’apéritifs par exemple, qu’en complément gastronomique de salades ou de préparations diverses.
La lente remontée manuelle du filet permet de le rapprocher du bateau, tout en prenant garde de ne pas endommager la pêche, l’anchois demeurant un poisson très fragile.

La récompense est au bout de l’effort et l’heure n’est pas à la méditation. La bolinche ramenée contre la coque, il faut maintenant embarquer le poisson.
Comme les autres bateaux, le « Lisanaïs » utilise une salabarde, une longue épuisette d’une capacité de plus de 250 kilos. 
Trop lourde pour être utilisée à la main, la salabarde est manoeuvrée par une petite grue hydraulique
installée sur le pont. 
Transportée au dessus de la cale, la salabarde s’ouvre automatiquement grâce à une poignée et un petit appareillage de garcette. Les anchois tombent dans la cale où l’eau de ruissellement et une bonne couche de glace conservent les prises dans le meilleur état de fraîcheur jusqu’au retour au port. 
Le bateau est équipé de 4 cuves, des viviers réfrigérés d’une capacité de 2,8 tonnes chacun. Un serpentin de gaz réfrigérant immergé dans la cuve et couplé avec le moteur permet à un mélange d’un tiers d’eau mêlé à de la glace d’atteindre une température initiale de – 2°. Cette température atteint 6° lors du chargement du vivier avant de se stabiliser rapidement à 0°, première étape de la chaîne de froid permettant
d’assurer une excellente conservation de la sardine.

La pêche étant bonne, le premier vivier est rapidement rempli.

 Photos Nicole Le Page
Quand la mer grossit, le ballant de la salabarde prend des proportions importantes. Le roulis, la force d’inertie, la transforment en une lourde masse pendulaire que les marins, au risque d’être bousculés, doivent s‘efforcer de stabiliser. Les risques d’accidents sont d’ailleurs omniprésents sur le pont d’un navire, et ce sont eux qui motivent, notamment, les places habituellement attribuée à chaque matelot.

Des quotas officiels fixent à une dizaine de tonnes quotidiennes le niveau des captures des bolincheurs.

Les déchirures éventuelles sont immédiatement repérées et ramandées à l’aide d’un passe-fil spécial appelé aiguille 
et le filet rapidement remis à l’eau.

La route de nuit est toujours particulièrement délicate, sinon difficile, et le brouillard parfois, imprévisible, ajoute encore aux dangers de collisions. L’histoire maritime, hélas, est riche de drames dus à certains gros navires ne respectant
pas toujours les règles de barre.

D’autres navires sont toujours en opération de pêche sur zone. 
La radio VHF, omniprésente, permet aux marins, grâce à ses canaux, de maintenir un lien permanent avec les confrères et les centres de sécurité à terre, les célèbres CROSS.
Mais elle permet également de nombreux commentaires sur la pêche : bonne pour les uns, mauvaise pour les autres.

Le « Lisanaïs » est le premier à regagner le port de Saint-Guénolé vers 7 heures du matin. C’est la criée, gérée par la chambre de commerce de Quimper-Cornouaille qui assure la manutention,
la pesée et la mise en salle réfrigérée des captures.
Les acheteurs sont déjà sur le quai, téléphone portable à l’oreille. Leur connaissance du marché leur permet de saisir les meilleures opportunités. La fluctuation des prix basée sur la loi de l’offre et de la demande est particulièrement sensible sur les espèces saisonnières, et la satisfaction des clients dépend de la rapidité des mareyeurs à estimer les apports et à proposer des prix intéressants. 
Le poisson est déchargé à l’aide d’une petite salabarde et les marins le conditionne ce matin dans des caisses en bois pour une expédition dans le sud de la France ou vers l’E pagne. 
Alors que le jour se lève sur Saint-Guénolé, les premiers arrivés sur les quais commentent la pê che. Il a fait beau. Le poisson est là. La campagne d’anchois est bonne au pied du phare de Penmarc’h.

La pêche à l'anchois se pratique à l'aide d'un filet tournant, ou bolinche, dont le principe, simple dans sa conception mais délicat à mettre en œuvre, permet de cerner les bancs de poissons repérés par sondeur. 
Déplié, le bolinche à la forme d'un grand rectangle lesté, de 200 à 300 m de long sur cinquante mètres de large environ. 
Un système de coulisse et d'anneaux permet, en le mettant à l'eau, de lui donner une forme enveloppante cylindrique, puis de le fermer à la base comme une gigantesque épuisette. 
Cette technique permet la capture de plusieurs tonnes d'anchois en une seule manœuvre.
La production d'anchois est essentiellement destinée à la conservation (salage, semi-conserve)

.
Sources : 
http://www.videos.fr/ -  www.videos.fr/virtuemart/documentaires/maritime/pecheur-danchois?vmcchk=1


Retour à la page d'accueil


Date de création : 18/03/2014 @ 11:44
Dernière modification : 18/03/2014 @ 12:03
Catégorie :
Page lue 7043 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

 
Archives

Archives ajoutées
2012-2014


Archives 2008-2012

Archives depuis la 
création du site
N'hésitez pas à les consulter
pour retrouver des articles 
avec photos et 
Vidéos 
 

Bagadoù articles 
2009-2013


La Forêt-Fouesnant 29

Découvrir La
Forêt-Fouesnant


Village pittoresque

Marina 
désenvasement



Horaires des marées 
et météo en direct
de Port-la-Forêt


Spectacles et animations
sur le site de l'office
du tourisme

Les nuits celtiques
au Théâtre de verdure
de Peniti

Actualités bretonnes

 2017-2018
Concours bagadoù 2018 à Brest


 Programme 2018 
Kendal'ch

Programme 2018 
War'l leur

Vidéos d
Tristan Gloaguen Album 1

Vidéos de Tristan Gloaguen Album 2

2017
Vidéos 2017 
War'l leur

Vidéos 2017 Cercles celtiques ThePerefrancois

  Vidéos
Tristan Gloaguen 
Avril-Mai 2017
 

Vidéos Tristan Gloaguen
Album 

Festivals 2017 en Finistère

Vidéos 2017
danses et Bagadoù

2016
Vidéos et photos bagad de Vannes à Bénodet août 2016

 Vidéos (12)
bagadoù et
chanteurs
2016


Résultats concours de la Saint-Loup à Guingamp - Eostiged ar Stangala sacré champion

Vidéos Dañs Excellañs
2016

Vidéos 2016 Albums 1-2-3 regroupés par
Tristan Gloaguen


Fête des Cerisiers 2016
La Forêt-Fouesnant

Fête des Pommiers 2016 Fouesnant 29170

2015
Fête des Pommiers 2015 Vidéo
à Fouesnant 29170

 Vidéo du Festival interceltique de Lorient 2015 (durée2h59)

War'l leur
Pérennisation du vestiaire
traditionnel de Bretagne

Kendal'ch Concours de costumes 2015 
Album photos de
Fred Harnois
 

Le Coin de l'artiste à Fouesnant 29170


Bagad Bro Landern et le cercle celtique 
Eskell an Elorn 
à 
New york
 
 
Festival Cornouaille 2015. Avec Miossec, Dan Ar Braz, Nolwen Korbel

Résultats et Vidéos de YouennPiper 2015
du 
Championnat des Bagadoù du 8 février 2015

Petit lexique 
du breton 
 

Menhirs fouesnantais

 Tous les articles ici

Toponymie : Fouesnant

Menhir de 7m30
19 tonnes

Relevage à l'ancienne à Plabennec
Une première mondiale


Un Cairn c'est quoi ?

Broderie des costumes

  Pascal Jaouen 
brodeur et styliste
 ouvre 
boutique à Quimper

 puceBroderie des costumes bretons
.

W3C CSS Skins Papinou © 2007 - Licence Creative Commons
^ Haut ^