Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Les articles du site

Fermer Antarctique

Fermer Aurores boréales

Fermer Dangers du nucléaire

Fermer Divers inclassables

Fermer Fouesnant en 2011

Fermer Fouesnant en 2012

Fermer Fouesnant en 2013

Fermer Fouesnant en 2014

Fermer Fouesnant en 2015

Fermer L'archipel : Centre...

Fermer Lavoirs de Pleuven

Fermer Papillons

Fermer Pardon grande Troménie

Fermer Traversées de la baie

Fermer la malle

Papillons - La moitié des papillons des prairies ont disparu en 20 ans

Le Machaon, une espèce protégée en Roumanie, Slovénie et Hongrie et menacée d’extinction.

La moitié des papillons des prairies ont disparu en 20 ans en Europe, selon un rapport de l’Agence européenne de l’environnement (AEE). Les mêmes tendances sont observées pour d’autres insectes, signe inquiétant pour l’état de la biodiversité.

Huit espèces en déclin

« Nous devons reconnaître l’importance de ces papillons et d’autres insectes. La pollinisation qu’ils réalisent est essentielle pour les écosystèmes naturels et l’agriculture », affirme Hans Bruyninckx,
directeur exécutif de l’AEE.

Sur 17 espèces de papillons des prairies, entre 1990 et 2011, huit ont décliné dont l’Argus bleu, deux sont restées stables comme l’Aurore et une a augmenté.

Pour huit espèces, comme l’Hespérie du chiendent, la tendance est « incertaine. »

L'agriculture intensive en cause

L’agriculture intensive est à l’origine de ce déclin ainsi que l’abandon de terres en montagne
au profit des brousailles ou des bois.

Mais l'utilisation d'insecticides dans les jardins rend également les papillons très vulénrables.

Dans certaines régions du nord-ouest de l’Europe, les papillons des prairies n’ont plus comme espace que
les bords de route, des voies ferroviaires, ou encore les zones urbaines.

En vingt ans, un papillon sur deux a disparu en Europe. Or, ils jouent un rôle essentiel dans l’équilibre de la nature, notamment dans la pollinisation des végétaux.

Elles sont loin, les années où les papillons peuplaient les campagnes, les montagnes et les jardins. Selon une étude de l’Agence européenne de l’environnement (AEE), la moitié des papillons des prairies a disparu en vingt ans. Ils sont de plus en plus menacés par l’érosion de la biodiversité. « Ce déclin devrait déclencher la sonnette d’alarme », si l’on en croit Hans Bruyninckx, le directeur de l’agence.

Inquiétude partagée par Vigie-Nature, un réseau d’observateurs volontaires, qui confirme ces résultats. Des études ont été menées dans des jardins de particuliers, amoureux de la nature. « Outre les papillons, d’autres espèces d’insectes ou d’oiseaux sont touchées. À terme, les hommes vont perdre une qualité de vie », explique Romain Julliard, chercheur au Muséum national d’histoire naturelle et responsable scientifique de Vigie-Nature.

Pesticides et agriculture intensive

Les papillons jouent un rôle primordial. Nombre d’entre eux sont des pollinisateurs, essentiels à la reproduction des végétaux. Sur dix-sept espèces étudiées, huit sont menacées. « Le papillon Gazé, aux ailes blanches veinées de noir, a complètement disparu du Royaume-Uni, constate Romain Julliard. C’était une espèce typique du bocage anglais. Mais l’habitat naturel du papillon a été déstabilisé. La combinaison prairies fleuries et haies - indispensable à la survie de l’espèce - n’existe plus. »

La cause de la disparition est claire pour les scientifiques : l’agriculture intensive, l’usage de pesticides et l’abandon de certaines parcelles. Pour se développer, la chenille (la larve du papillon) a besoin d’une plante haute et d’une fleur. Ensuite, il faut de l’espace au papillon pour vivre et se reproduire. Or, dans certaines régions du nord-ouest de l’Europe, les papillons « n’ont pas d’autres endroits pour butiner que le bord des routes, le long des voies de chemin de fer et les parcs des villes », souligne l’étude.

« La protection des papillons est difficilement compatible avec le modèle agricole actuel, constate Romain Julliard. L’enjeu, c’est d’arriver à maintenir une biodiversité en trouvant un modèle économiquement viable qui ne pénalise pas les agriculteurs. »

Coralie PIERRET.  Ouest-France
.
Retour à la page d'accueil


Date de création : 26/07/2013 @ 10:54
Dernière modification : 26/07/2013 @ 10:54
Catégorie : Papillons
Page lue 6018 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

 

Texte à méditer :  

La vraie tragédie de la vie, c'est qu'on devient vieux trop tôt et sage trop tard.   


W3C CSS Skins Papinou © 2007 - Licence Creative Commons
^ Haut ^