Fouesnant Divers


Que s'est-il passé au pays fouesnantais il y a exactement 100 ans ?



Tempêtes sur les côtes finistériennes

Phare mythique Ar Men
Construction


Vieux gréements à Pont-Aven - Fête la
"Belle Angèle"


Ile les "Moutons" Archipel des Glénan

Découvrez un album photos de superbes Canards 
Mandarins et Carolin
par Jean Caveng

Renouveau
Village de vacances
à Mousterlin

Album photos à voir

Sentier côtier de Beg-Meil à Fouesnant  
enfin accessible

Voir l'album photos
17 avril 2015

Démolition hôtel de la Plage à Beg-Meil en 2004


L'ouragan de 1987 à Fouesnant

Baignade des Otaries 28 décembre
2014 au Cap-Coz 

Programme des Festivités à l'Archipel

 Magazines 
2013-2014-2015
Dossier de presse agrandissement de la mairie de Fouesnant

Les coordonnées
Service Public
Programme à l'Archipel

Archipel des Glénan
Pardon 1 sept 2013

Ronds-points
2009 à
 2016

 Patrimoine  religieux du canton fouesnantais
 

Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Chroniques

Fouesnant en 1914

 Les Révoltes du papier timbré et des
Bonnets rouges
1675

Histoire des ardoisières bretonnes

Les légendes entre
mythe et réalité

Parcours de vies 
de 1917
 à nos jours

Portraits de fouesnantais

Souvenirs...souvenirs
par Maryvonne
et Jean-Marie

2016 Annick Le Douget nous révèle dans son livre le scandale de la
poudre Baumol


Voir l'album photos lors de sa conférence

Jadis en pays fouesnantais

 Faits divers il y a
cent ans

 La vie autrefois

 Littérature fouesnantaise

 La nostalgie de
Beg-Meil

 Au bistrot chez
Nédélec

 Évènements historiques

 Fouesnant entre
1807 et 2000

Association Foën Izella 

Annick Le Douget 
Actualités 2013

Les articles du site

Fermer Antarctique

Fermer Aurores boréales

Fermer Dangers du nucléaire

Fermer Divers inclassables

Fermer Fouesnant en 2011

Fermer Fouesnant en 2012

Fermer Fouesnant en 2013

Fermer Fouesnant en 2014

Fermer Fouesnant en 2015

Fermer L'archipel : Centre...

Fermer Lavoirs de Pleuven

Fermer Papillons

Fermer Pardon grande Troménie

Divers

puce Dates Fest-Noz

Méthode ludique pour apprendre les table de multiplications

Résultat de recherche d'images pour "images table de multiplication"


puceLes grains de sel du Télégramme

 

LA BRETAGNE EN 1914

 La Bretagne en 1914.jpg
Battage du blé dans la campagne de Pontivy (extrait) - www.cartolis.org

Durant la décennie qui précède la Grande Guerre, la Bretagne se modernise tandis que la scolarisation et l’apprentissage de la démocratie font évoluer les mentalités. Désormais, le vote républicain est devenu majoritaire.

Une Bretagne très peuplée

Avec 3,2 millions d’habitants en 1911, la Bretagne vit son apogée démographique. Contrairement aux autres provinces, la population a augmenté tout au long du 19e siècle. La natalité reste élevée : une famille bretonne sur trois a encore plus de quatre enfants. Dans ces campagnes surpeuplées, la part des jeunes est considérable : 41 % des Bretons a moins de vingt ans. Les fermes, souvent trop petites pour permettre à tous d’y vivre, alimentent l’exode rural vers les villes du sud Bretagne mais aussi vers la région parisienne, les ports comme le Havre, les colonies, et parfois l’Amérique.

Une société rurale et catholique

La vie dans ce paysage de bocage est rythmée par les travaux des champs. La polyculture a encore pour finalité de nourrir la famille paysanne. Seul le surplus est vendu (marchés, foires urbaines). Cependant des changements apparaissent : augmentation des terres cultivées aux dépens des landes, utilisation d’engrais, culture de la pomme de terre et du froment, essor de l’élevage porcin. En 1913, la petite propriété domine : deux exploitations sur trois sont inférieures à 10 hectares.

La Bretagne des châteaux et des presbytères reste influente. Les aristocrates règnent sur leurs terres, entre réceptions mondaines et chasse. Certains participent à la modernisation des campagnes en y favorisant le développement de techniques nouvelles, comme James de Kerjégu avec l’Ecole d’agriculture du Finistère. L’encadrement est assuré par un clergé abondant dans une Bretagne dont Sainte Anne est devenue la patronne en juillet 1914. Cette église qui maintient son autorité sur la communauté villageoise, marque sa forte présence dans le domaine scolaire, rythme l’année de pardons et de fêtes religieuses, et encourage le culte de saints locaux.

Battage.jpg 

Battage du blé

Battage du blé dans la campagne de Pontivy (Mervir ou Kervert ?) vers 1904
l’agriculture emploie une population nombreuse, malgré un début de mécanisation.

www.cartolis.org

Identité bretonne

En 1914, sur 1,5 million de Bas-Bretons, la moitié ne parle que le Breton et les ¾ l’utilisent de manière usuelle dans leur vie quotidienne. L’école de la IIIème République interdit sa présence dans la classe et sur la cour. Les autorités restent ainsi dans une logique de lutte contre l’usage de la langue bretonne. L’attaque la plus forte fut menée par Emile Combes (1902) lorsqu’il voulut interdire au clergé l’usage du breton pour prêcher et enseigner le catéchisme. En réaction, le mouvement régionaliste breton s’organise. Et sa revendication première est la reconnaissance officielle de la langue et son enseignement. C’est ce que demandent l’Union Régionaliste Bretonne (1898) et son millier d’adhérents, surtout des notables issus de la noblesse et du clergé.

Les ressources de l’Armor

Les Bretons représentent la moitié des effectifs de la marine de guerre. La Royale attire notamment les marins-pêcheurs touchés par la crise de la sardine et la délocalisation de conserveries en Espagne, au Portugal et en Algérie. Cependant, la pêche reste un pilier de l’économie régionale. Là encore, la moitié des pêcheurs français sont bretons. De Camaret au Croisic, c’est la pêche à la sardine qui domine. A Douarnenez, il y a 700 bateaux et 4000 marins qui alimentent les 26 usines. Il y a aussi Concarneau, Audierne et Le Guilvinec qui abritent d’importantes conserveries. La pêche au thon est pratiquée par des marins de Groix, d’Etel et de Port-Louis tandis que Saint-Malo concentre les navires armés pour la grande pêche à la morue à Terre-Neuve. Camaret se spécialise dans la pêche à la langouste au large de la Mauritanie.

Sardiniers.jpg 

Industrie sardinière

Bateaux à quai dans un port sans doute du sud Finistère. Début du XXe siècle
la pêche à la sardine permet d’alimenter les nombreuses conserveries du Finistère sud.

www.cartolis.org

Un Breton sur quatre vit en ville

Les grandes cités sont peu nombreuses. En 1914, 25 % des Bretons sont urbains contre 44 % au niveau national. Nantes est alors la grande ville bretonne avec une agglomération de 200 000 habitants. Le grand Brest arrive ensuite avec 117 517 habitants. La population de Rennes s’accroît pour atteindre 79 372 habitants quand Lorient en rassemble 50 000. La spécificité bretonne est le riche maillage de petites villes, et de gros bourgs, vivant en lien avec la campagne environnante (artisans, commerces, lieux de foire, de marchés). En fait, les petites cités de l’intérieur stagnent tandis que les villes du littoral voient leur population augmenter.

Greve.jpg 

Grèves à Fougères

Grèves à Fougères hiver 1906-1907
Solidarité lors des grèves à Fougères, hiver 1906-1907 : « La soupe communiste ».

www.cartolis.org

La Bretagne de 1914 est peu industrialisée

La moitié de l’industrie bretonne se trouve en Basse-Loire : industrie alimentaire (biscuiterie Lu, BN, raffinage du sucre, tapioca, chocolateries, rizerie), industrie chimique (engrais), métallurgie (forges de Trignac) et construction navale (Nantes et Saint-Nazaire). En ces années d’avant guerre, les employés des arsenaux sont de plus en plus nombreux à Indret, Lorient, Rennes mais surtout à Brest (8000 en 1913). A côté des poudreries de Pont-de-Buis et du Relecq-Kerhuon, l’État dirige les manufactures des tabacs de Nantes et de Morlaix. L’industrie bretonne est liée à l’agriculture et à la pêche : beurreries, minoteries, conserveries de poisson et de charcuterie (pâté Hénaff). Les forges d’Hennebont produisent le fer blanc nécessaire aux conserveries. L’industrie de la chaussure à Fougères emploie 10000 personnes en 1900.

Nantes.jpg 

Usine LU à Nantes

Usine LU à Nantes. Avant 1930
Un symbole nantais l’usine LU.

www.cartolis.org

Le train facilite l’essor du tourisme balnéaire

En 1914, les chefs-lieux de canton sont en général reliés par le train. Même si l’ensemble du réseau n’est pas achevé, il y a à côté des deux principales lignes (Nord et Sud), des axes secondaires qui desservent les ports de pêche, les régions agricoles, et les stations balnéaires. Avec le chemin de fer, l’économie bretonne est mieux intégrée aux marchés nationaux, le déplacement des personnes est facilité et cela ouvre la péninsule à une nouvelle activité : le tourisme balnéaire. La mode des bains de mer et la découverte de la plage attirent des personnes souvent riches, françaises et britanniques, qui s’installent pour l’été à Dinard, au Croisic, à La Baule, ou à Morgat (Crozon) où Armand Peugeot fait construire l’hôtel de la Mer. Le littoral se couvre de villas et d’hôtels mais aussi d’aménagements modernes parfois dignes de grandes villes (service des eaux, éclairage électrique, tout-à-l’égout) et d’équipements de loisirs (casinos, golfs, hippodromes).

Procession.jpg 

Pardon de ND Clarté à Perros-Guirec

ND Clarté à Perros-Guirec. Procession du 15 août. Début du XXe siècle.
La pratique religieuse est générale. Elle devient objet d’attraction dans les régions où le tourisme se développe.

www.cartolis.org

En 1914, la Bretagne est républicaine

Malgré les tensions politiques très fortes liées à l’application de la séparation de l’Église et de l’État (1905), le courant favorable à l’acceptation du régime républicain ne fut pas remis en cause. L’implantation de la République est l’aboutissement d’un long combat contre les conservateurs. Mais c’est à une République modérée que la majorité des Bretons adhère dans les années 1900. Cela est favorisé par le ralliement de nombreux catholiques, influencés par Albert de Mun. La voix de ces catholiques républicains s’exprime désormais dans le nouveau quotidien rennais L’Ouest-Eclair (1899). A côté des agents de l’État qui diffusent l’idée républicaine, La dépêche de Brestl’Avenir de Rennesle Phare de la Loire à Nantes participent à la consolidation du régime qui, en 1914, n’est plus contesté que par une minorité de nobles souvent membres de l’Action française. En 1914, les républicains gagnent les grandes villes : Nantes, Brest, Rennes, Lorient, Saint-Malo, Vannes. Dans les cités ouvrières le mouvement syndical s’est développé, comme les idées socialistes. Brest est la première grande ville bretonne dirigée par ce parti (1904). Le premier député socialiste breton y est élu en 1910.

Dans le climat de fortes tensions internationales, les Bretons sont patriotes. Aux législatives de 1914, les députés bretons favorables à la loi des trois ans de service militaire obtiennent de 60 à 70 % des suffrages. En août 1914, l’entrée en guerre se fait dans la résignation. Mais aussi avec le sentiment qu’il faut aller combattre pour la « grande patrie » agressée par une Allemagne belliqueuse.

 
 
 
 

BIBLIOGRAPHIE

 
 
 
 

GESLIN Claude, « Une « petite patrie » dans la grande (1900-1914) », dans Histoire d’un siècle. Bretagne 1901-2000, Morlaix, Skol Vreizh, 2010, pp. 17-63

Dictionnaire d’histoire de Bretagne, sous la direction d’Alain Croix, Jean-Christophe Cassard, Jean-René le Quéau, Jean-Yves Veillard, Morlaix, Skol Vreizh, 2008

GESLIN Claude et SAINCLIVIER Jacqueline, La Bretagne dans l’ombre de la IIIe République (1880-1939), Rennes, Éditions Ouest-France, coll. université, 2005
Source : http://www.bretania.fr/exploitation/la-bretagne-en-1914.aspx

Dictionnaire du patrimoine Breton, sous la direction d’Alain Croix et Jean-Yves Veillard, Rennes, Apogée, 2001

BOUGEARD Christian, La Bretagne d’une guerre à l’autre (1914-1945), Paris, Éditions Jean-Paul Gisserot, 1999

Source : http://www.bretania.fr/

Retour à la page d'accueil


Date de création : 23/02/2014 @ 17:54
Dernière modification : 05/03/2014 @ 18:54
Catégorie :
Page lue 5113 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

 
Archives

Archives ajoutées
2012-2014


Archives 2008-2012

Archives depuis la 
création du site
N'hésitez pas à les consulter
pour retrouver des articles 
avec photos et 
Vidéos 
 

Bagadoù articles 
2009-2013


La Forêt-Fouesnant 29

Découvrir La
Forêt-Fouesnant


Village pittoresque

Marina 
désenvasement



Horaires des marées 
et météo en direct
de Port-la-Forêt


Spectacles et animations
sur le site de l'office
du tourisme

Les nuits celtiques
au Théâtre de verdure
de Peniti

Actualités bretonnes

 2017-2018
Concours bagadoù 2018 à Brest

Programme 2018 
War'l leur

Vidéos d
Tristan Gloaguen Album 1

Vidéos de Tristan Gloaguen Album 2

Vidéos de Tristan Gloaguen Album 3
2017
Vidéos 2017 
War'l leur

Vidéos 2017 Cercles celtiques ThePerefrancois

  Vidéos
Tristan Gloaguen 
Avril-Mai 2017
 

Vidéos Tristan Gloaguen
Album 

Festivals 2017 en Finistère

Vidéos 2017
danses et Bagadoù

2016
Vidéos et photos bagad de Vannes à Bénodet août 2016

 Vidéos (12)
bagadoù et
chanteurs
2016


Résultats concours de la Saint-Loup à Guingamp - Eostiged ar Stangala sacré champion

Vidéos Dañs Excellañs
2016

Vidéos 2016 Albums 1-2-3 regroupés par
Tristan Gloaguen


Fête des Cerisiers 2016
La Forêt-Fouesnant

Fête des Pommiers 2016 Fouesnant 29170

2015
Fête des Pommiers 2015 Vidéo
à Fouesnant 29170

 Vidéo du Festival interceltique de Lorient 2015 (durée2h59)

War'l leur
Pérennisation du vestiaire
traditionnel de Bretagne

Kendal'ch Concours de costumes 2015 
Album photos de
Fred Harnois
 

Le Coin de l'artiste à Fouesnant 29170


Bagad Bro Landern et le cercle celtique 
Eskell an Elorn 
à 
New york
 
 
Festival Cornouaille 2015. Avec Miossec, Dan Ar Braz, Nolwen Korbel

Résultats et Vidéos de YouennPiper 2015
du 
Championnat des Bagadoù du 8 février 2015

Petit lexique 
du breton 
 

Menhirs fouesnantais

 Tous les articles ici

Toponymie : Fouesnant

Menhir de 7m30
19 tonnes

Relevage à l'ancienne à Plabennec
Une première mondiale


Un Cairn c'est quoi ?

Broderie des costumes

  Pascal Jaouen 
brodeur et styliste
 ouvre 
boutique à Quimper

 puceBroderie des costumes bretons
.

W3C CSS Skins Papinou © 2007 - Licence Creative Commons
^ Haut ^