Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Les articles du site

Fermer Antarctique

Fermer Aurores boréales

Fermer Dangers du nucléaire

Fermer Divers inclassables

Fermer Fouesnant en 2011

Fermer Fouesnant en 2012

Fermer Fouesnant en 2013

Fermer Fouesnant en 2014

Fermer Fouesnant en 2015

Fermer L'archipel : Centre...

Fermer Lavoirs de Pleuven

Fermer Papillons

Fermer Pardon grande Troménie

Fermer Traversées de la baie

Fermer la malle

War'l leur - Pérennisation du vestiaire traditionnel de Bretagne

Avec la danse, la pérennisation du vestiaire traditionnel de Bretagne est le deuxième

cheval de bataille de la Confédératio
n.


Afficher l'image d'origine


Regroupant 3000 adhérents, Confédération War’l Leur  
en Breton, War’l leur signifie « sur l’aire à battre … à danser » est composée de 6 antennes départementales.

Site prochainement en construction
Loin d'être les déguisements d'un été ou encore des apparats de représentation, le vestiaire ancien de Bretagne est issu d'une tradition séculaire et bien vivante. Aussi complexes qu'ils peuvent l'être, les costumes sont les vêtements du quotidien de nos ancêtres, avec leurs codes, leurs rites, leurs fonctions et leurs symboliques.

La présence de la Confédération au sein des expositions de costumes dans les grands festivals, sa participation aux différents concours de costumes, sa persévérance dans le collectage des pièces anciennes, et ses formations dispensées en direction de tous les publics en font l'un des acteurs majeurs dans ce domaine.


La Confédération mène depuis toujours également une politique rigoureuse envers les costumes portés par les Cercles en inscrivant dans ses fiches d'évaluation le critère costume comptant pour un 1/3 du visionnage des groupes. De par ses actions, la Confédération War'l Leur tout comme son homologue de la musique (Dastum), se veut être le conservatoire des vêtements traditionnels de Bretagne.

Le patrimoine chorégraphique breton

Cercle celtique de La Forêt Fouesnant " Ar Bleunioù Kignez " 


Péninsule entourée par la mer sur trois côtés, autrefois isolée linguistiquement, la Bretagne est sans nulle doute une des régions les plus fortes quand à son patrimoine dansé et au contexte culturel qui l’accompagne.
L’absence quasi totale de textes concernant la tradition populaire de la danse en Bretagne, et notamment en milieu rural dans le courant des XVII, XVIII et XIX ème siècles ne permet hélas pas de tirer des conclusions trop hâtives et définitives sur la véritable filiation entre les danses d’un passé très ancien issues soit du Moyen Age, soit de la
Renaissance (différents branles) et les danses désormais qualifiées de « bretonnes ».

Il est pourtant néanmoins assez probable que certaines danses comme « l’Hanter dro » et « l’En dro » du Pays Vannetais, doivent une partie de leur origine dans les anciens branles, de même que la grande famille de la « dañs tro cornouaillaise » à sans doute subit la double influence du branle double et du Trihory, toutes pratiquées durant la longue période de la Renaissance.

En Haute-Bretagne, les répertoires ont là été, au moins en partie, directement influencés par les Contredanses
et les Quadrilles français du XIX ème siècle.


Si les danses populaires se « bretonnisent » ou sont tout au moins considérées comme telles durant la seconde moitié du XIXème siècle, cela correspond aussi à une période où les traditions populaires commencent à être mise en exergue par certains folkloristes, qui voient dans les pratiques régionnalistes du début du XXème siècle des « identités bretonnes » se construire. La plus présente est sans doute la  fragmentation des modes vestimentaires, qui va petit à petit identifiée géographiquement et socialement des « pays » bretons, zones géographiques plus ou moins étendues, et dont les frontières sont souvent très fluctuantes.

Constatée presqu’exclusivement en milieu rural, la danse populaire prend au XIX ème siècle dans les campagnes bretonnes toute sa place, servant à la fois de réjouissance, mais aussi de resserrement communautaire entre ces paysans qui s’exprime coude à coude, main dans la main, en ronde fermée des heures durant. Elle sert aussi d’exutoire aux peines et aux soucis quotidiens.

La danse bretonne, pratiquée collectivement dans la société traditionnelle d’hier, a montré et ce dès les premières années du XXème siècle, un nouveau visage. C’est durant cette période charnière entre les deux siècles que les formes de danses vont d’ailleurs évoluées, attestant ainsi une certaine émancipation de la société (ronde fermée qui évolue vers les chaînes ouvertes, longues puis courtes, cortège de couples, quadrettes, couples fermés,…pour laisser les formes plus modernes à quatre danseurs des En avant-deux et En avant-quatre à la Haute-Bretagne).
Mais c’est principalement pendant l’entre-deux guerres (1920/1940) que son évolution s’est accélérée  et qu’est apparue durant cette période la création de nombreux « cercles celtiques », et avec elle, le souhait manifesté de porter la danse sur scène. D’un « état », nécessaire mais suffisant d’hier, la danse bretonne devenait ainsi davantage une expression, offerte désormais aux regards de milliers de spectateurs.

S’enchaînèrent alors au fil des décennies des animations, présentations, prestations, spectacles, scénographies de plus en plus élaborés. Ces spectacles veulent actuellement être le reflet d’une identité propre au breton, c’est à dire très attaché à ses racines, mais tenant néanmoins à affirmer sa volonté d’échanges, d’ouverture, d’innovation, d’imagination, bref de créations tournées vers le public, vers demain et vers le public de demain.

Pour la distinction de la qualité de ses groupes, la Confédération War'l Leur opte pour un système de classement sur le visionnage. Le visionnage consiste en un contrôle continu des groupes sur une période d'un an à partir du moment où ceux-ci se présentent sur scène, en costumes et en public. Ce contrôle est effectué par des visionneurs, membres cooptés de groupes et confirmés par la direction visionnage, qui se chargent d'évaluer consciemment et objectivement les groupes selon la base des 3 grands critères qui forment les valeurs de la Confédération :

- le respect du costume traditionnel
- le respect de la danse et de la musique
- la création chorégraphique


A l'issue de la saison, la direction visionnage réceptionne les feuillesd'évaluation, établit la moyenne des jugements et classe ainsi les groupes selon 4 catégories.
 C'est à cette issue que sont désignés les Lauréats et le Champion de Bretagne de danse traditionnelle.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de War'l leur ici

Retour à la page d'accueil


Date de création : 03/12/2015 @ 13:50
Dernière modification : 05/12/2015 @ 16:52
Catégorie :
Page lue 2845 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

 

Texte à méditer :  

La vraie tragédie de la vie, c'est qu'on devient vieux trop tôt et sage trop tard.   


W3C CSS Skins Papinou © 2007 - Licence Creative Commons
^ Haut ^