Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Les articles du site

Fermer Antarctique

Fermer Aurores boréales

Fermer Dangers du nucléaire

Fermer Divers inclassables

Fermer Fouesnant en 2011

Fermer Fouesnant en 2012

Fermer Fouesnant en 2013

Fermer Fouesnant en 2014

Fermer Fouesnant en 2015

Fermer L'archipel : Centre...

Fermer Lavoirs de Pleuven

Fermer Papillons

Fermer Pardon grande Troménie

Fermer Traversées de la baie

Fermer la malle

Fête des Brodeuses à Pont-l'Abbé en 2009

La 56e Fête des Brodeuses a connu un vif succès hier à Pont-l'Abbé.

Couleurs et musiques ont enchanté le bois Saint-Laurent.

Les Brodeuses enchantent 11 000 personnes !
Emilie Kerlen (à gauche) est aux côtés d'Apolline Kersaudy, demoiselle d'honneur, et de deux musiciens.
 
« Elle est jolie la dame, Maman ! » Et elles étaient nombreuses à être jolies hier matin. Des Fouesnantaises, des
Glazik, des Morbihannaises, des Bigoudènes, évidemment, tout aussi pimpantes les unes que les autres...
La 56e Fête des Brodeuses de Pont-l'Abbé a vu déferler son cortège de cercles celtiques, bagadou, mais aussi de
groupes venus d'ailleurs, du Berry, du Portugal, mais aussi de bien plus loin, au sud, de Nouvelle-Calédonie !
 
Certains groupes s'amusent avec le public familial massé le long de la rue du Château, l'invitant à participer à leurs chorégraphies. C'est le cas du cercle morbihannais de Pluneret et de ses drôles de cartons. Ébahis, les enfants prennent
les boîtes, le temps d'une pirouette, et déjà les voilà reprises, pour une halte plus loin dans la rue.
Sous les applaudissements nourris.

Dans le bois Saint-Laurent, cadre verdoyant au bord de la rivière, c'est là que les groupes continuent le spectacle. Les prestations s'enchaînent à rythme soutenu, tandis que non loin de là, brodeurs et brodeuses perpétuent la tradition. Ils sont bigoudens, fouesnantais ou nantais... Comme pour les costumes, à chacun sa méthode... mais le geste reste précis et le résultat époustouflant. Les Bigoudènes « historiques » sont là, fidèles au poste. Crochet à la main, elles expliquent à qui veut comment faire un de ces napperons dont elles ont le secret. Pas de temps mort, il est déjà l'heure pour Émilie Kerlen, reine des Brodeuses 2008 de passer la main.

C'est Justine Carval qui est sacrée devant un théâtre de verdure comble. Du haut de ses 18 ans, la jeune femme a déjà treize ans de « carrière » au cercle celtique Ar Vro Vigoudenn de Pont-l'Abbé. Durant un an, elle représentera le Pays bigouden, dans son costume d'or. Peut-être succédera t-elle à Émilie Kerlen, qui après avoir rendu son titre de reine bigoudène, reste pour quelques jours la reine de Cornouaille. Et c'est du perron du château qu'elle reçoit l'aubade des sonneurs, premier rendez-vous de son règne.

 
_______________________________________________________________________________

Ils   n'auraient manqué la fête pour rien au monde. Cercle et bagad Cap Caval retrouvent la scène du Triskell, ce soir.

Un nouveau spectacle aux accents espagnols. 

Des pas de flamenco. Présenté ce soir en avant-première dans le cadre de la Fête des brodeuses, le nouveau spectacledu cercle Ar vro vigoudenn et du bagad Cap Caval explore de nouveaux univers. Le fruit d'une rencontre entre lesdanseurs du cercle celtique et Michèle Delpy-Bascoul, une passionnée de flamenco.

Des pas de danse en réponse au travail réalisé par le bagad pour les trois dernières manches du concours national des bagadoù. Trois suites à l'origine du succès de l'ensemble traditionnel à Brest et Lorient. «Du coup, il ne s'agit pas totalement d'une création comme Ijin», explique Kenan Sicard, son président. Occupé à la préparation de la finale du 1er août, le bagad a proposé au cercle de travailler sur son répertoire enrichi depuis les deux dernières années par les percussions de Dominique Mollard.  

Répété par les deux ensembles le week-end dernier au Triskell, le spectacle s'annonce malgré tout surprenant. 
Baptisé Olole, l'appel au berger en Centre-Bretagne est aussi un clin d'oeil à l'Espagne.En attendant de se confronter au public de Gijon, du Festival de Cornouaille et du Festival interceltique de Lorient cet été, la première ne devrait pas manquer de surprendre celui des brodeuses.

Pour Solenn Boënnec, la présidente du cercle, ce nouveau spectacle, fruit d'un gros travail d'écriture chorégraphique, a représenté un petit challenge : «Il nous a fallu assimiler des rythmiques étrangères et travailler sur de nouvelles positions du corps...». Une chorégraphie aux accents espagnols à laquelle le costume de mariage bigouden de la fin du XIXe siècle et sa grande jupe s'est plutôt montré bien adapté. 

Valse aussi 

Un cercle celtique associé pour l'occasion à de jeunes musiciens. Ceux de Mezzus Connection: le trio issu des 
bagadoù quimpérois, à l'affiche du fest-noz de clôture, accompagne également l'ensemble dans son nouveau spectacle.L'occasion, une nouvelle fois, pour ses danseurs de sortir du répertoire breton, le temps de quelques pas de valse. Mais que les amateurs de danses et de musiques traditionnelles se rassurent. Olole reste ancré dans le répertoire régional, malgré ces quelques clins d'oeil «exotiques».

Une première comme chaque fois réservée aux brodeuses. Une fête importante pour les deux ensembles réunis sur scène. «C'est la fête du Pays bigouden, mais aussi celle qui nous a permis de lancer tous nos spectacles», témoigne Kenan Sicard.

Bugale Ar Vro. Le triomphe des enfants

Les rares garçons avaient à leurs bras deux jeunes demoiselles. Ci-contre, trois jeunes danseurs du cercle celtique d'Elliant.
Photo le Télégramme

Un public venu nombreux 

Un tour dans le centre-ville pour trois aubades, une sur la place Gambetta, les deux autres sur la place de la
République et hop, tout le monde est redescendu en dansant vers le théâtre de verdure pour une présentation
sur scène. Le tout accompagné du bagadig Cap-Caval et du bagad Ar Re Goz. Moment de stress pour les uns, de
joie pour les autres, chaque ensemble a, une nouvelle fois, défilé devant un public ravi et venu en masse.
«J'adore venir là chaque année, s'amuse Sylvie.
Quand je vois ça, je suis soulagée de me dire que la relève dans
les cercles celtiques est assurée!» Aujourd'hui, la plupart des ces trois cents jeunes danseurs remettent le couvert, mais pour le grand défilé qui réunira environ 1.200 costumes dans 21 ensembles bretons. Une autre paire de manches en somme. Puis ce sera la fin de la 56e Fête des Brodeuses. Hier, tous semblaient en tout cas prêts à rempiler pour un nouveau
petit moment de gloire

 Un jour avant le traditionnel grand défilé de la Fête des Brodeuses, ce sont les plus jeunes qui ont paradé, hier après-midi, dans les rues de Pont-l'Abbé. Pour leur petit moment de gloire à eux.Trois cents enfants, autant de costumes mais surtout beaucoup de curieux venus s'amasser autour du défilé. Hier, les plus jeunes membres des cercles celtiques d'Elliant, Kerfeunteun, Carhaix, Pont-l'Abbé et Combrit ont paradé dans les rues de la

capitale bigoudène. À la tête des cortèges, les rares garçons, le pas assuré, agrippant fièrement une jeune demoiselle à chaque bras. Elles, tout aussi heureuses, arboraient les coiffes propres à leur pays. Et malgré les applaudissements et les «bravos» qui fusaient sur leur passage, tous semblaient néanmoins très impressionnés par la foule rassemblée autour d'eux. «Mais c'est l'aboutissement d'une année de travail, il n'aurait fallu manquer ça pour rien au monde», 
glisse la maman de l'un d'eux.

 

 
Photos Le Télégramme

 

 

 

 

 Fête des brodeuses.  La programmation

 

 Pierre-Yves Prigent - Le Télégramme - Renée-Laure EUZEN. Ouest-France le 13 juillet 2009

Album photos 

Retour à la page d'accueil

 


Date de création : 14/07/2009 @ 16:58
Dernière modification : 13/04/2014 @ 17:23
Catégorie :
Page lue 5269 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

 

Texte à méditer :  

La vraie tragédie de la vie, c'est qu'on devient vieux trop tôt et sage trop tard.   


W3C CSS Skins Papinou © 2007 - Licence Creative Commons
^ Haut ^