Fouesnant Divers


Que s'est-il passé au pays fouesnantais il y a exactement 100 ans ?



Tempêtes sur les côtes finistériennes

Phare mythique Ar Men
Construction


Vieux gréements à Pont-Aven - Fête la
"Belle Angèle"


Ile les "Moutons" Archipel des Glénan

Découvrez un album photos de superbes Canards 
Mandarins et Carolin
par Jean Caveng

Renouveau
Village de vacances
à Mousterlin

Album photos à voir

Sentier côtier de Beg-Meil à Fouesnant  
enfin accessible

Voir l'album photos
17 avril 2015

Démolition hôtel de la Plage à Beg-Meil en 2004


L'ouragan de 1987 à Fouesnant

Baignade des Otaries 28 décembre
2014 au Cap-Coz 

Programme des Festivités à l'Archipel

 Magazines 
2013-2014-2015
Dossier de presse agrandissement de la mairie de Fouesnant

Les coordonnées
Service Public
Programme à l'Archipel

Archipel des Glénan
Pardon 1 sept 2013

Ronds-points
2009 à
 2016

 Patrimoine  religieux du canton fouesnantais
 

Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Chroniques

Fouesnant en 1914

 Les Révoltes du papier timbré et des
Bonnets rouges
1675

Histoire des ardoisières bretonnes

Les légendes entre
mythe et réalité

Parcours de vies 
de 1917
 à nos jours

Portraits de fouesnantais

Souvenirs...souvenirs
par Maryvonne
et Jean-Marie

2016 Annick Le Douget nous révèle dans son livre le scandale de la
poudre Baumol


Voir l'album photos lors de sa conférence

Jadis en pays fouesnantais

 Faits divers il y a
cent ans

 La vie autrefois

 Littérature fouesnantaise

 La nostalgie de
Beg-Meil

 Au bistrot chez
Nédélec

 Évènements historiques

 Fouesnant entre
1807 et 2000

Association Foën Izella 

Annick Le Douget 
Actualités 2013

Les articles du site

Fermer Antarctique

Fermer Aurores boréales

Fermer Dangers du nucléaire

Fermer Divers inclassables

Fermer Fouesnant en 2011

Fermer Fouesnant en 2012

Fermer Fouesnant en 2013

Fermer Fouesnant en 2014

Fermer Fouesnant en 2015

Fermer L'archipel : Centre...

Fermer Lavoirs de Pleuven

Fermer Papillons

Fermer Pardon grande Troménie

Divers

puce Dates Fest-Noz

Méthode ludique pour apprendre les table de multiplications

Résultat de recherche d'images pour "images table de multiplication"


puceLes grains de sel du Télégramme

 

Le couvent des Ursulines à Quimper

                                                                     Les Ursulines : La fondation

                                            Au cours du 17ème siècle, de nombreuses congrégations s'implantent dans la plupart des villes avec pour mission principale l'enseignement. C'est le cas des Ursulines qui arrivent à Quimper en 1623. Sébastien de Rosmadec, gouverneur de Quimper, finance cette fondation. Sa sœur devient  la supérieure de 24 religieuses                       

La terre des couventsC'est sur la «Terre au Duc», autour de l'église Saint-Mathieu que s'implantent la plupart des congrégations, profitant de terrains disponibles que la ville de l'évêque enserrée dans son rempart ne peut leur fournir : Capucins (1613), Cordelières (1633), Cisterciennes (1668) et Dames de la Retraite (1678) enclosent leur couvent et plantent des jardins et des vergers, faisant de la « Terre au Duc », une véritable terre des couvents (Maez minihy)

 La Compagnie de sainte Ursule est fondée à Brescia par Angèle Merici en 1535, et approuvée par le pape Paul III en 1544. Les Ursulines  sont des congrégations soumises à la règle  revue par Charles Borromée. Leur vocation, confirmée par le pape Paul V, est l'éducation des jeunes filles, principalement la religion, ensuite lire, écrire et les travaux ménagers. Elles accueillent les jeunes filles de l'aristocratie comme pensionnaires et les moins fortunées comme externes. La première fondation en France a lieu en 1592 à l'Isle sur la Sorgue. 

Le premier bâtiment

Les Ursulines disposent d'un vaste terrain enclos qui longe la rue Saint Mathieu (rue du Rossignol), la rue du Chapeau Rouge (rue des Fèvres), la rue du Couedic (rue Porz Mahé), la rue Saint Marc dans sa partie basse et comprend l'actuelle place de la Tour d'Auvergne dans sa totalité. Un premier bâtiment est construit en 1621 entre l'église Saint Mathieu et la rue du Chapeau Rouge. En équerre, il longe la rue du Chapeau Rouge et la venelle passant entre l'église Saint Mathieu  et la chapelle du Paradis (détruite en 1792). L'entrée principale se fait par la place saint Mathieu, face au cimetière.

Le deuxième bâtiment

Sous la pression de l'évêque qui souhaite une plus grande maîtrise de la clôture, un second bâtiment est construit en 1760 en retrait des voies et tournant le dos à la ville. Conçu  comme la plupart des bâtiments conventuels comme un quadrilatère autour d'un cloître, il ne sera jamais achevé et aujourd'hui encore, seules les deux ailes en équerre témoignent de cette architecture austère. Les bâtiments comportent deux étages  aux fenêtres sobrement alignées. Les façades intérieures en pierre de taille comportent dix travées correspondant aux dix arcades du rez-de-chaussée.  L'aile faisant face à l'église Saint Mathieu, qui devait être la façade principale, possède un décor de trois cartouches présentant le monogramme IHS, des cœurs et les instruments de la passion et au niveau supérieur deux autres cartouches aujourd'hui vides. L'aile en retour  abritait à son extrémité ouest la chapelle. Le couvent était organisé autour de grandes galeries de circulation, reprenant l'articulation du cloître, desservant au rez-de-chaussée les cuisines et le réfectoire et à l'étage les dortoirs. Un escalier en pierre de taille rampe sur rampe placé à la rencontre des deux ailes desservait les étages.

 La Révolution

La Révolution décrète l'interdiction des congrégations et la confiscation de leurs domaines au profit de la nation. Cette nationalisation entraîne une profonde mutation  de la « Terre des couvents ». La plupart des bâtiments trouvent une fonction administrative (gendarmerie), ou sont vendus comme bien national et ne trouveront une nouvelle fonction que sous l'empire (lycée Brizeux actuel ou évêché).

 

En 1790, 41 religieuses habitent le couvent des Ursulines. Ayant prêté serment, elles restent à Quimper jusqu'en 1794, mais  les bâtiments  et les terrains deviennent bien national  et sont partagés  en trois parties entre la ville et le département.

La partie ouest est affectée à la création d'une vaste place (place de la Révolution qui restera connue sous le nom de place neuve), une aile du bâtiment du 18ème siècle est convertie en « prison d'Etat ». En 1793, 400 prisonniers y sont entassés dans des conditions sanitaires catastrophiques.... Ils font partie des 2784 prisonniers présents à Quimper !  L'autre aile est affectée à la justice (tribunal 1798) ; puis l'aile en retour, acquise par la ville, après avoir accueilli une caserne de vétérans, est mise à la disposition du Département de la guerre  pour l'établissement d'un casernement  en 1808. Le bâtiment du 17ème siècle, jusque-là servant d'écuries, est affecté en 1809 à la « maison de justice » qui accueille les prisonniers devant passer en jugement ou les mineurs. Dès ces années une ruelle coupe l'ancien enclos en deux et des murs de clôture protègent caserne, tribunal et maison de justice. L'ancien cimetière Saint-Mathieu est devenu la place du Finistère.

 La caserne

En 1828, la partie affectée au tribunal est rachetée par le ministère de la guerre pour l'aménagement d'une caserne. Le tribunal est transféré dans un nouveau bâtiment construit sur les quais par l'architecte Lemarié. Différents travaux permettent d'adapter l'ancien couvent à sa nouvelle fonction : les arcades du cloître sont fermées et la chapelle supprimée. Pour cela, on supprime les cinq baies en plein cintre qui sont remplacées par 5 travées de fenêtres. En 1842  la rue passant devant l'église Saint Mathieu est prolongée par le percement de la rue de Douarnenez. La partie à l'est conserve sa fonction de maison de justice, tandis que de l'autre côté de la rue, face au clocher de l'église Saint Mathieu qui vient d'être reconstruit, la caserne voit la construction de nouveaux bâtiments rendus nécessaires  par le développement du casernement (1862 bâtiment le long de la rue Saint Marc et 1874). Un bâtiment construit suivant l'architecture type des casernes voit le jour en 1879. A l'angle de la place Neuve (qui prendra le nom de Tour d'Auvergne en 1907) est édifié un corps de garde d'un étage couvert en tuiles et dans l'autre angle de la place, la maison du commandant complète cet ensemble disparate. En 1887, la caserne des Ursulines, prend le nom de caserne de la Tour d'Auvergne.

 Le 118ème de ligne

En 1874, le régiment du 118ème d'infanterie de ligne s'installe à Quimper. C'est un régiment prestigieux créé en 1808 pour la première campagne d'Espagne. Le petit-fils de Georges Clémenceau ainsi que le général Pétain y seront affectés. Le 118ème se distingue pendant la guerre de1914 - 1918. En 1914, il participe à la « course à la mer » (Maissin, La Boisselle) ; 1915 en Champagne ; 1916 à Verdun ; 1917 à Laffaux et 1918 à Tiffolay où il participe à l'arrêt des troupes allemandes qui menacent Paris et au Chemin-des-Dames. Il compte plus de 3000 morts  et obtient 3 citations à l'ordre de l'armée. En 1928, il est renommé 137ème de ligne.

 Les mutations du 20ème siècle.

En 1921, le département supprime la prison de la rue du Chapeau Rouge. Le bâtiment est alors loué à l'administration des Postes qui en fait sa recette principale. Acheté par la ville en 1924, il est démoli en 1929. Une partie des pierres de démolition sont encore visibles : quelques lucarnes à fronton ont été rachetées par la commune de Locronan pour des travaux d'embellissement de la place et le campanile est à présent dans le jardin de l'évêché après avoir longtemps orné le jardin au pied du rempart. En 1937 la ville construit à son emplacement de nouvelles halles avec une salle des fêtes...

La caserne ferme définitivement ses portes en 1982. Rachetée par la ville elle tombe dans un long abandon. Le terrain et certains bâtiments de la caserne sont malgré tout petit à petit réinvestis. Le mur de clôture est abattu  et permet l'utilisation des anciennes cours comme parking. A la fin des années 1980, le bâtiment de 1862 accueille les studios de radio, l'école des beaux arts quitte l'ancienne école de la rue du Chapeau Rouge pour le grand bâtiment de 1879, bientôt rejointe par la création du centre d'art contemporain (1990) qui prend le nom de Quartier en référence au passé militaire du lieu.

Le bâtiment des Ursulines est cependant protégé au titre des monuments historiques en 1987 ce qui le sauve de la démolition.
La décision de construire une nouvelle salle de spectacle, après bien des hésitations et des polémiques  détermine un nouvel avenir pour l'ancien enclos des Ursulines. Le Théâtre de Cornouaille  s'implante au fond de la parcelle, sa façade principale tournée vers le centre de l'îlot, créant ainsi une esplanade qui prend le nom François Mitterand. La construction du théâtre a entraîné la destruction de la maison du corps de garde et de la maison du commandant. Le théâtre est inauguré en 1998 par Catherine Trautman,
ministre de la culture et de la communication.

 La médiathèque des Ursulines

Le transfert de la compétence de la lecture publique à la Communauté d'agglomération permet de reprendre le projet de l'agrandissement de la bibliothèque municipale, plutôt à l'étroit dans l'immeuble de la rue Toul Al Laer. Le concours est remporté par Marc Iseppi et l'Atelier Novembre.

 
Pour préserver la mémoire des lieux, les façades extérieures et la charpente du bâtiment  d'origine (inscrites à l'inventaire des monuments historiques), ont été conservées et entièrement restaurées. Les deux galeries du cloître sont restituées dans leur intégralité et retrouvent leur rôle de circulation. De même, l'entrée principale de l'établissement s'effectue par l'entrée historique du bâtiment, face à l'église Saint Mathieu. A l'intérieur, tout est repensé et reconstruit pour offrir un équipement moderne et fonctionnel, notamment la structure en béton armé des planchers destinés à supporter la charge de milliers de livres. Les deux extensions sont traitées en décollement des façades existantes, c'est-à-dire selon une architecture totalement différente, permettant de lever toute ambiguïté entre les interventions nouvelles
et le bâtiment ancien.

Dans l'enceinte de l'ancien cloître dont les arcades sont à nouveau ouvertes, un jardin, propice à la lecture, permet de retrouver l'emprise et l'atmosphère de l'ancien couvent.

Source : http://www.mairie-quimper.fr/

_Retour à la page d'accueil


Date de création : 03/01/2011 @ 20:48
Dernière modification : 25/04/2012 @ 17:29
Catégorie :
Page lue 3590 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

 
Archives

Archives ajoutées
2012-2014


Archives 2008-2012

Archives depuis la 
création du site
N'hésitez pas à les consulter
pour retrouver des articles 
avec photos et 
Vidéos 
 

Bagadoù articles 
2009-2013


La Forêt-Fouesnant 29

Découvrir La
Forêt-Fouesnant


Village pittoresque

Marina 
désenvasement



Horaires des marées 
et météo en direct
de Port-la-Forêt


Spectacles et animations
sur le site de l'office
du tourisme

Les nuits celtiques
au Théâtre de verdure
de Peniti

Actualités bretonnes

 2017-2018
Concours bagadoù 2018 à Brest

Programme 2018 
War'l leur

Vidéos d
Tristan Gloaguen Album 1

Vidéos de Tristan Gloaguen Album 2

Vidéos de Tristan Gloaguen Album 3
2017
Vidéos 2017 
War'l leur

Vidéos 2017 Cercles celtiques ThePerefrancois

  Vidéos
Tristan Gloaguen 
Avril-Mai 2017
 

Vidéos Tristan Gloaguen
Album 

Festivals 2017 en Finistère

Vidéos 2017
danses et Bagadoù

2016
Vidéos et photos bagad de Vannes à Bénodet août 2016

 Vidéos (12)
bagadoù et
chanteurs
2016


Résultats concours de la Saint-Loup à Guingamp - Eostiged ar Stangala sacré champion

Vidéos Dañs Excellañs
2016

Vidéos 2016 Albums 1-2-3 regroupés par
Tristan Gloaguen


Fête des Cerisiers 2016
La Forêt-Fouesnant

Fête des Pommiers 2016 Fouesnant 29170

2015
Fête des Pommiers 2015 Vidéo
à Fouesnant 29170

 Vidéo du Festival interceltique de Lorient 2015 (durée2h59)

War'l leur
Pérennisation du vestiaire
traditionnel de Bretagne

Kendal'ch Concours de costumes 2015 
Album photos de
Fred Harnois
 

Le Coin de l'artiste à Fouesnant 29170


Bagad Bro Landern et le cercle celtique 
Eskell an Elorn 
à 
New york
 
 
Festival Cornouaille 2015. Avec Miossec, Dan Ar Braz, Nolwen Korbel

Résultats et Vidéos de YouennPiper 2015
du 
Championnat des Bagadoù du 8 février 2015

Petit lexique 
du breton 
 

Menhirs fouesnantais

 Tous les articles ici

Toponymie : Fouesnant

Menhir de 7m30
19 tonnes

Relevage à l'ancienne à Plabennec
Une première mondiale


Un Cairn c'est quoi ?

Broderie des costumes

  Pascal Jaouen 
brodeur et styliste
 ouvre 
boutique à Quimper

 puceBroderie des costumes bretons
.

W3C CSS Skins Papinou © 2007 - Licence Creative Commons
^ Haut ^