Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Les articles du site

Fermer Antarctique

Fermer Aurores boréales

Fermer Dangers du nucléaire

Fermer Divers inclassables

Fermer Fouesnant en 2011

Fermer Fouesnant en 2012

Fermer Fouesnant en 2013

Fermer Fouesnant en 2014

Fermer Fouesnant en 2015

Fermer L'archipel : Centre...

Fermer Lavoirs de Pleuven

Fermer Papillons

Fermer Pardon grande Troménie

Fermer Traversées de la baie

Fermer la malle

Odet : entre rivière et partie maritime (3/4)

Odet. Entre rivière et partie maritime (3/4).


Une vedette de l'Odet prend la direction de Gouesnac'h. À Plomelin, à la cale de Rosulien,
l'Odet dans toute sa splendeur.
 À la confluence de ses autres bassins versants, le Jet, le Steïr et le Frout, nous parcourons ce dimanche, l'Odet,
de son entrée en ville de Quimper jusqu'aux premiers kilomètres de son estuaire pour nous amarrer à la cale
de Rosulien à Plomelin.


Une vedette de l'Odet prend la direction de Gouesnac'h. À Plomelin, à la cale de Rosulien, l'Odet dans toute sa splendeur.
 

 Cale de Rosulien: des couleurs plein les yeux

Après son passage du côté de Locmaria, au Cap-Horn, l'Odet rentre alors dans sa partie estuaire sur 17km. Véritable lieu touristique, la route des châteaux avec ses «ker» (Keranval, Kerbernez, Kerdour...) à Plomelin est un incontournable de cette visite. La rencontre avec les trois tourtes de Kerbernez (pains transformés en rochers selon la légende) et la cale de Rosulien valent aussi le détour. Yvonne Péton, 67 ans, a grandi à proximité de ce lieu magique. «La cale de Rosulien est un endroit magnifique mais comme tous les endroits sauvages, il faut le mériter et marcher un peu pour voir ce panorama. Ce site, tout proche du bourg n'a pas été dénaturé et conserve sa beauté par ses couleurs et son microclimat».
Véritable bouffée d'air pour les visiteurs, l'Odet apporte décidément dans son estuaire des sites encore exceptionnels à contempler. Suite et fin au prochain épisode.
 
Le concept du «street-fishing»
 
Notre aventure avec la rivière Odet touche donc à sa fin. Dans ses derniers mètres, elle a même vu revenir en mars2011, les pêcheurs en plein centre-ville, après une parenthèse de trente ans. Sur un parcours de 1.050mètres, de la cale Saint-Jean au Pont Firmin, les pêcheurs au leurre et à la mouche peuvent s'adonner à leur passion de la pêche sportive. Avant de partir à la découverte de son estuaire («Un des plus larges de France par moments», pour Philippe Barot), un détour est fait en baie de Kerogan à Créac'h-Gwen. Au bord de l'Odet, une dizaine de jeunes de l'école de pêche de Bruno Joncour taquinent le bar et la truite. «J'ai pris mon premier bar dans l'Odet à l'instant. Je pêche depuis mes quatre ans. Ma spécialité? La truite sur le Steïr. L'endroit? Du côté du Stangala, j'aime bien pêcher à la mouche», précise Étienne, 12ans.
 
 Christophe Marchand - Le Télégramme
-

Retour à la page d'accueil

Date de création : 17/07/2011 @ 12:19
Dernière modification : 09/05/2013 @ 17:54
Catégorie :
Page lue 3031 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

 

Texte à méditer :  

La vraie tragédie de la vie, c'est qu'on devient vieux trop tôt et sage trop tard.   


W3C CSS Skins Papinou © 2007 - Licence Creative Commons
^ Haut ^