Fouesnant (divers)

Sentier côtier de Beg-Meil à Fouesnant
20170 le 27 octobre 2014
Baignade des Otaries 28 décembre
2014 au Cap-Coz 
Les nouveaux billets de Jean-Yves Le Dréau  2014/2015
Chronique hebdo par 
Jean-Yves Le Dréau
Programme des Festivités à l'Archipel
 Magazines 
2013-2014
Actualités Office du Tourisme 2014
Les coordonnées 2013
Service Public
Programme à l'Archipel
Archipel des Glénan
Pardon 1 sept 2013
Nicolas Troussel 
un petit coup de rhum
Polder de 
Mousterlin 2013
Ronds-points
2009 à 2013
-2014
 Patrimoine  religieux du canton fouesnantais
Plaidoyer pour les arbres du pays fouesnantais 
Larbre girafe de Fouesnant

Chroniques

Fouesnant en 1914
 Les Révoltes du papier timbré et des
Bonnets rouges
1675
Histoire des ardoisières bretonnes
Les légendes entre
mythe et réalité
Parcours de vies 
de
 1917 à nos jours
Portraits de fouesnantais
Souvenirs...souvenirs
par Maryvonne/Jean-Marie
Assoc Foën Izella 
Annick LDouget 
Actualités 2013


Jadis en pays fouesnantais

 Faits divers il y a
cent ans
 La vie autrefois
 Littérature fouesnantaise
 La nostalgie de Beg-Meil
 Au bistrot chez Nédélec
 Évènements historiques
 Fouesnant entre
1807 et 2000

Menhirs fouesnantais

 Tous les articles ici
Toponymie : Fouesnant

Menhir de 7m30-19 tonnes - Relevage à l'ancienne à Plabennec
Une première mondiale

Un Cairn c'est quoi ?

D'hier à aujourd'hui

Hôtel de la Pointe
de Mousterlin

Cidrerie de Menez Brug
à Fouesnant

Cartes postales anciennes

DéfensePaysFouesnant

Les articles du site

Fermer Antarctique

Fermer Dangers du nucléaire

Fermer Divers inclassables

Fermer Fouesnant en 2011

Fermer Fouesnant en 2012

Fermer Fouesnant en 2013

Fermer L'archipel : Centre...

Fermer Lavoirs de Pleuven

Fermer Papillons

Fermer Pardon grande Troménie

Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Quelques sites amis

Le site internet du journal Ouest-France
 
Voir le site
Beg-Meil
 
ici

SNSM Bro Foën


Chantier naval Henaff

Au Guilvinec

Mise à l'eau du chalutier
le "Lagon"

Parcours de vie : Yvon Le Maout, la mémoire du bourg de Pleuven (29)

Yvon le Maout (cousin du côté de ma mère) : la mémoire de Pleuven

______________________________________________________________________________________________________________________

Enfance

Je suis né le 25 mai 1918 à Pleuven, dans la maison de mes parents, située au carrefour de la route de Clohars, juste à gauche à l'entrée du bourg quand on vient de Quimper. C'était la forge de mon père Louis, natif de Saint-Évarzec.

Ma mère, Marie-Louise, demoiselle Viol, était née à Pleuven. Mon souvenir le plus ancien et le plus précis remonte à mes 4 ans, parce que j'ai une photo de cette époque. On y voit toute la famille, les quatre ouvriers de forgeron et sans doute une servante pour aider ma mère avec ses cinq enfants.

-La forge de Louis Le Maout en 1922 à Pleuven

-À gauche c'est ma soeur Suzanne en sabots, puis ma mère avec moi dans les bras, il semble que je sois chaussé de petites bottines. Devant, c'est mon frère Louis coiffé d'un chapeau et en sabots, derrière Joseph Cariou, charron, puis mon père avec sa casquette, Yves Cariou, charron, Maurice Berrou de Bénodet, forgeron et Jean Cariou, le troisième frère, charron également, devant lui ma soeur Agnès en sabots et mon frère André dans les bras de la servante, il n'a que deux ans et porte toujours la robe des petits enfants. Sur cette photo il manque ma soeur aînée Louise, qui était déjà placée pour travailler ; ma petite soeur, Odette n'était pas encore née. Nous étions 7 frères et soeurs.

Cette photo était en quelque sorte l'enseigne publicitaire de la forge, en effet on y voit les différentes productions de l'atelier : une brouette, un essieu de charrette, une charrue que l'on attelait au cheval (c'était avant la "Brabant" charrue métallique à avant-train, munie d'un double ensemble de pièces travaillantes pouvant, par pivotement, verser la terre à droite ou à gauche des socs) et enfin une charrette.

La maison existe toujours, elle a été transformée en maison d'habitation, qui ne laisse plus rien deviner de son activité antérieure. Quand je suis né, il n'y avait pas tout le confort que l'on trouve aujourd'hui dans les maisons ; tout d'abord on n'allait pas à la clinique pour accoucher, la sage-femme venait à la maison pour aider la maman à mettre au monde son bébé, ensuite il n'y avait pas d'électricité, on s'éclairait à la bougie ou à la lampe à pétrole ou encore,
pour la forge à la lampe à carbure.

(L'électrification a débuté vers 1930 pour le bourg, celle des fermes et village vers 1937 et l'église en 1940).

 La forge, appartenant toujours à un Louis Le Maoût en 2006, transformée en habitation - Photo Raymonde Le Page

Maman faisait la cuisine dans la cheminée, on mangeait de la viande grâce aux cochons que nous élevions et que l'on tuait deux ou trois fois par an et toujours du poisson le vendredi. Il y avait un potager dans le jardin pour les légumes. Mon père y avait construit une cabane pour servir de cabinet de toilette, on disposait d'un puits de 13 à 14 m de profondeur. Au-dessus du puits il y avait une manivelle pour descendre un seau, l'eau était très bonne
(l'eau courante n'est arrivée qu'en 1930)

Il y avait également un four pour la ferraille.

-Pour la lessive, on allait au lavoir du Stivel, avec le linge dans la brouette et il fallait remonter la côte avec le linge mouillé our l'étendre sur les haies ou sur le pré. On utilisait les services d'une lavandière. Mme Garrec passait et s'ocupait aussi des coiffes avec le travail long et minutieux d'empesage des collerettes. Elle utilisait des fers que l'on chauffait avec des braises.

Pour dormir, je partageais un lit avec mon petit frère ; mes soeurs dormaient dans une autre chambre au premier étage, les parents dormaient au rez-de-chaussée.

À l'école

Lorsque je suis allé à l'école à l'âge de 6 ans, je ne parlais que le breton et j'ai appris le français avec M et Mme Le Doeuff. Ils n'étaient pas trop sévères sur ce chapitre, bien sûr, il y eut "la vache" sorte de morceau de bois que celui qui avait été surpris à parler breton devait garder dans sa poche et repasser au voisin coupable de la même faute, et le soir, le dernier en possession de la "vache" recevait une punition. En général c'était une simple retenue.

Par contre, on nous demandait l'obéissance et le respect des adultes. Les parents respectaient le maître et soutenaient ses décisions. Le midi, je rentrais déjeuner à la maison, il faut dire que je n'étais pas bien loin puisque l'école était située près de l'église, là où se trouve actuellement la résidence Ty Skol. Ceux qui habitaient trop loin comme à Moulin du Pont, venus le matin à pied, en sabots, ne rentraient pas chez eux ; on leur faisait la soupe dans les trois boulangeries du bourg.

Nous avions classe de 9 h à 12 h 30, puis de....  jusqu'à 16 h 30, mais je ne suis plus très sûr des horaires. Le jour de repos était le jeudi. On allait chercher des nids dans les bois au printemps ou à la pêche dans les étangs.

Dans la cour on jouait aux billes, à saute-mouton, à cache-cache tandis que les filles jouaient à la corde. On apprenait l'histoire, la géographie, on faisait des dictées et des problèmes. Le dimanche on allait à la messe : il y avait celle de 7 h 30 et celle de 10 h. J'ai été enfant de choeur de 8 à 12 ans. Le recteur, M Henry, habitait au presbytère à "Maner Traon" situé près du lavoir. J'ai passé et réussi le concours de bourse d'études à Quimper à 11 ans, c'est-à-dire en 1929. Pour l'époque, c'était quelque chose de très important car cela signifiait que l'on pourrait continuer ses études gratuitement, sinon on devait aller travailler après le certificat d'études
que j'ai passé avec succès à 12 ans.

-

Apprentissage professionnel

Je suis parti à Guisseny, dans le Nord-Finistère, à l'école des apprentis mécaniciens-ajusteurs pour apprendre un métier. Je suis revenu à la forge pour aider mon père pendant deux ans, il y avait beaucoup de travail car on ferrait les chevaux et comme sur Pleuven, il y avait une cinquantaine de fermes, on ne manquait pas d'ouvrage.
Mon père avait commencé à vendre et entretenir les vélos.

-

Engagement dans la marine

En 1934, j'ai signé un engagement de 5 ans dans la marine et passé un concours pour entrer à l'école des mécaniciens de Lorient. Deux ans après, à 18 ans je suis parti à l'école des mécaniciens de la zone navale de Rochefort, pendant 7 mois, où j'ai obtenu le brevet de mécanicien de la zone navale en 1937.

En 1938, à 20 ans, j'ai embarqué sur les vedettes rapides lance-torpilles à Cherbourg. On naviguait dans la Manche jusqu'à Dieppe. Je me souviens que pour le 14 juillet 1938, vous avons remonté la Seine depuis dle Havre, puis Rouen jusqu'à Paris. Cela a duré 3 mois ; on dormait dans les casernes pendant qu'un tour de garde était assuré à quai sur la vedette.

Le lance-torpille
Avec des camarades à Cherbourg

J'ai quitté Cherbourg fin 1938 pour Rochefort, puis direction Hyères pour la Base Aéro-Navale où j'étais affecté comme mécanicien sur les hydravions. Il y avait des "Latécoères" qui volaient à 200km/h, des "Le Cams" qui volaient à 180 km/h alors que les "Messerschmitt" allemands volaient 500 km/h.

Le "Latécoère"
Le "Dewatine"

À la base d'Hyères on volait sur des "Spitfires" anglais et des "Dewatine" français qui ont été utilisés
durant la guerre de 39/45.

Le 1er octobre 1940, j'étais envoyé au dépôt de Toulon. Nous avions le choix entre rentrer chez nous ou embarquer sur le navire hôpital Canada, ce que j'ai choisi. Nous avons passé le détroit de Gibraltar en direction de Liverpool, Clasgow, Belfast pour prendre des réfugiés blessés et les ramener à Toulon où nous étions de retour le 19 février 1941.

 Navire hôpital"Canada" sur lequel j'ai embarqué en 1940.

Retour à Pleuven

J'ai été libéré le 1er juillet 1941 à Toulon. On ne pouvait plus partir pour l'Algérie comme mon frère Louis était prisonnier, je suis revenu pour donner un coup de main à mes parents. Je suis rentré dans la résistance en 1943,  chez les FFI. J'ai été rappelé fin septembre 1944, après la débâcle des allemands, pour être instructeur mécanicien à l'école aéro-navale de Lartigue au sud d'Oran en Algérie.

 Mariage de Caroline Morvan et Louis Le Maout en 1945

Je suis revenu en France en 1945 et je me suis marié cette année-là avec Caroline Morvan, que l'on appelait plus couramment Line. Nous nous fréquentions depuis 1943 et avons été mariés 55 ans. Line nous a quittés le 12 mars 2000. J'ai acheté ma maison actuelle en 1949 où j'ai tenu mon commerce de cycles jusqu'à ma retraite.

Récit recueilli et écrit par Raymonde Le Page - diffusé dans "Foën Izella"

Je la remercie pour l'autorisation  qu'elle m'a accordée de publier dans mon site le récit de la vie d'un homme de ma famille.

___________________________________________________________________________________

Foën-Izella : l'évolution de Fouesnant de 1900 à 1970 - Fouesnant

mardi 29 décembre 2009

 L'Association Foën-Izella évoque dans son dernier bulletin, tout juste mis à disposition, l'évolution du bourg de Fouesnant entre les années 1900 et 1970. L'occasion pour Jean-René Canevet de rappeler « l'immobilier galopant mitant le bocage fouesnantais, les zones commerciales qui se multiplient à la périphérie du centre-ville... » 3 500 habitants à la veille de la Seconde Guerre mondiale, Fouesnant est devenu une ville comptant plus de 10 000 habitants.

La série de photos permet de passer en revue la vie locale : sortie de messe le 15 août 1901, cérémonie dans les années 1920-1930, le quartier de la route de Mousterlin, le haut du bourg et la place de l'église dans les années 50, etc. S'y ajoutent cartes postales et photos aériennes qui soulignent l'aménagement du territoire communal : évolution de l'urbanisme, création de liaisons routières.

À partir de documents personnels, de photos de presse dont celle d'Ouest-France, Jean-René Canevet illustre ce que furent les vacances fouesnantaises du Président de la République, Georges Pompidou. Des séjours familiaux en Bretagne sur les conseils de Mme de Gaulle, qu'il a passés à Kernaëret, durant les mois de juillet de 1965 à 1973. Mêlé à la population estivale, il s'adonne aux bains de mer à Cleut Rouz, se balade aux Glenan.

Keranguyon à Bénodet. L'historique de la ferme de Kerstrat-en-Guyon établi par René Bleuzen commence en 1929, par un contrat de mariage dressé à l'étude notariale : Vincent et Anne-Marie Louedec cédaient leur ferme à leur fils Vincent. En 1945, les terres sont vendues à M. Saintomé, un industriel du Nord de la France... Le rédacteur rappelle l'intérêt de la municipalité pour acquérir la ferme de Keranguyon, l'aménagement des anciens bâtiments en lieu d'exposition jusqu'en 1977, avant leurs mises à disposition à l'amicale des anciens de la commune. 

Patrimoine. Pierre Hervé nous plonge dans nos racines avec un texte en breton, et des poèmes de Per-Jackes Hélias, alors que Jean Varenne reprend une chanson Gouesnachaise des années 1880. La fête des commères (marraine) est liée à une naissance dans le quartier de Kersuel-Vian : e Kersual-vian a oan bed a fest gommerezet ; Krampous friteted e mao bed ha bouelon dislostet... Autre sujet, le rappel des journées du patrimoine à Chohars-Fouesnant.

Foën-Izella, bulletin disponible auprès d'Yvonne Nicolas. Contact : tél. 02 98 57 22 73.

-

Retour à la page d'accueil


Date de création : 16/02/2012 @ 21:31
Dernière modification : 05/03/2012 @ 13:29
Catégorie :
Page lue 2421 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

 
Divers à consulter

puce Distance entre les communes voisines de Fouesnant 
et les grandes villes

Prévisions météo à Fouesnant

puce Dates Fest-Noz
 
Table de multiplications facile

puce Les dessins de Nono

puce Les grains de sel du Télégramme


puceLe conjugueur

en français

Gif webmaster mini_puces 9611Gif webmaster mini_puces 9631puce Dictionnaire des noms des habitants de chaque ville en France  Exemples : Pont-l'Evêque : Pontépiscopiens   

 Toutes les photos présentées sur ce site sont la propriété intellectuelle de la webmaster. 
Toute utilisation frauduleuse du contenu photographique de ce site, sans autorisation expresse de l'auteur est formellement interdite 
(article L122-4 du Code de la Propriété Intellectuelle).

 
Archives depuis

 La création du site
N'hésitez pas à les consulter
pour retrouver des
articles
avec photos et Vidéos 
 
Bagadoù articles
2009-2013

Actualités bretonnes

2015
Saint-Loup 2015
L'incroyable succès 
du bagad de Vannes
Kafe War'l Leur 2015

Vidéos 2015 de 
Tristan Gloaguen

2014
Vidéos du Festival Interceltique 
de Lorient 
2014 

Cercle  Ar Vro Vigouden Photos spectacle à Peniti le 23 juillet 2014

 Festival de Cornouaille 
2014
 
à Quimper (photos du défilé à venir)

Fête des Pommiers 2014 à Fouesnant (Photos du défilé à venir)

Vidéo de PereFrancois Final du cercle de Spézet
à Peniti 2014


 Vidéo du défilé de
la Fête des Cerisiers à la Forêt-Fouesnant

 Vidéos de Tristan Gloaguen 2014
Vidéos YouennPiper 2014
Dañs Excellañs 2014 Résultats

Vidéos du bagad 
de Nantes
 Vidéos spectacle 
10 ans du Nautile
 
La Forêt-Fouesnant

Vidéo Kevrenn Alre Concert Athena
Auray
Sept 2013

 Vidéos de Tristan Gloaguen 2013(1)
Vidéos de Tristan Gloaguen 2013(2)
 Vidéos 2013 des mercredis de Péniti
 à la Forêt-Fouesnant
Vidéos FIL 2013

 Danse bretonne 
Évolution
qui fait débat

Vidéo Filets Bleus 
2013 à Concarneau
Festival de la 
Saint-Loup
 2013
Cornouaille 2013 
Défilé 
en direct FR3

Bagadoù résultats Championnat
Bagad Kemper
vainqueur à Lorient

 Festival Interceltique 
de Lorient
  2013
 Photos des canditates 
au titre de reines

 Fêtes et Évènements bretons en 2013
 Vidéos fête des 
Pommiers
 2013 
à Fouesnant  
Fête des Pommiers 2013 

Fête des Cerisiers 2013

Fête des Brodeuses
2013 
Aubade à la reine 
Anaïs Meur
Vidéos Antourtan
Gouel Ar Vugale 2013
Vannes. Le palmarès du
4e Tradi'deiz
 2013

Reine des Cerisiers 
2012-2013 
Énora Tudal

Cercle "Danserien Kemper"(vidéo) 
Dañs Excellañs
2013
Résultats

Petit lexique du breton

Calvaire Tronoën

  Calvaire de Tronoën
à St-Jean-Trolimon


Broderie des costumes

  Pascal Jaouen 
brodeur et styliste
 ouvre
boutique à Quimper

 puceBroderie des costumes bretons

.

La Forêt-Fouesnant

Découvrez ce Village pittoresque
Marina de Port-la-Forêt : désenvasement 2013
puce
Horaires des marées
et Météo en direct
de
Port-la-Forêt  
 
Spectacles et Animations année 2014 sur le site de
l'Office du Tourisme

Découvertes

Monuments historiques
à Quimper

 Le Frout, petit affluent de l'Odet à Quimper
L'Odet : rivière traversant
Quimper.
Où est la source?

Découvrez Bénodet
Lieux à visiter
Histoire de Concarneau
Une lueur pour 12 phares
Palais de l'Elysée:Histoire

Centenaires bretons

Place des Anciens dans la société

Découvrez des personnes d'exception ...
T
émoignages de centenaires du Pays fouesnantais

W3C CSS Skins Papinou © 2007 - Licence Creative Commons
^ Haut ^