Fouesnant Divers


Que s'est-il passé au pays fouesnantais il y a exactement 100 ans ?



Tempêtes sur les côtes finistériennes

Phare mythique Ar Men
Construction


Vieux gréements à Pont-Aven - Fête la
"Belle Angèle"


Ile les "Moutons" Archipel des Glénan

Découvrez un album photos de superbes Canards 
Mandarins et Carolin
par Jean Caveng

Renouveau
Village de vacances
à Mousterlin

Album photos à voir

Sentier côtier de Beg-Meil à Fouesnant  
enfin accessible

Voir l'album photos
17 avril 2015

Démolition hôtel de la Plage à Beg-Meil en 2004


L'ouragan de 1987 à Fouesnant

Baignade des Otaries 28 décembre
2014 au Cap-Coz 

Programme des Festivités à l'Archipel

 Magazines 
2013-2014-2015
Dossier de presse agrandissement de la mairie de Fouesnant

Les coordonnées
Service Public
Programme à l'Archipel

Archipel des Glénan
Pardon 1 sept 2013

Ronds-points
2009 à
 2016

 Patrimoine  religieux du canton fouesnantais
 

Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Chroniques

Fouesnant en 1914

 Les Révoltes du papier timbré et des
Bonnets rouges
1675

Histoire des ardoisières bretonnes

Les légendes entre
mythe et réalité

Parcours de vies 
de 1917
 à nos jours

Portraits de fouesnantais

Souvenirs...souvenirs
par Maryvonne
et Jean-Marie

2016 Annick Le Douget nous révèle dans son livre le scandale de la
poudre Baumol


Voir l'album photos lors de sa conférence

Jadis en pays fouesnantais

 Faits divers il y a
cent ans

 La vie autrefois

 Littérature fouesnantaise

 La nostalgie de
Beg-Meil

 Au bistrot chez
Nédélec

 Évènements historiques

 Fouesnant entre
1807 et 2000

Association Foën Izella 

Annick Le Douget 
Actualités 2013

Les articles du site

Fermer Antarctique

Fermer Aurores boréales

Fermer Dangers du nucléaire

Fermer Divers inclassables

Fermer Fouesnant en 2011

Fermer Fouesnant en 2012

Fermer Fouesnant en 2013

Fermer Fouesnant en 2014

Fermer Fouesnant en 2015

Fermer L'archipel : Centre...

Fermer Lavoirs de Pleuven

Fermer Papillons

Fermer Pardon grande Troménie

Divers

puce Dates Fest-Noz

Méthode ludique pour apprendre les table de multiplications

Résultat de recherche d'images pour "images table de multiplication"


puceLes grains de sel du Télégramme

 

Quimper et son histoire


Tout au long de son histoire, Quimper a été à la fois un abri et un lieu de passage.

 Quimper en quelques mots

 Préfecture du Finistère, capitale de la Cornouaille, le rayonnement de Quimper va bien au-delà de son statut de ville moyenne
(64.100 habitants). De la Cornouaille historique à la Cornouaille économique, ce vaste territorie situé au sud du Finistère se distingue par
son dynamisme
et son esprit d'initiative. Culture, vie associative, loisirs, environnement... l'agglomération quimpéroise est un pôle d'activités attractif. A 15 km des côtes atlantiques, faisant face aux Amériques, Quimper est une ville résolument ouverte sur le monde.

Mariant harmonieusement tradition et modernité, Quimper aborde le troisième millénaire avec l'ambition de devenir une véritable
ville européenne__
Au fond d'une ria d'une vingtaine de kilomètres, un site vallonné entouré de collines abrite dès l'époque gauloise différents lieux de peuplement sur les hauteurs. La conquête romaine fait de Locmaria au bord de l'Odet et à proximité d'un gué, un
lieu urbanisé où s'organise un port.

Les Bretons christianisés, après l'effondrement du monde romain, privilégient un autre centre urbain en amont au niveau du confluent (Kemper : confluent en breton). La puissance du comte de Cornouaille et la naissance du siège episcopal (sans doute vers le IXe siècle) tout en renforçant le rôle de la ville, déterminent une véritable partition du sol entre pouvoir laïque et pouvoir religieux : une ville épiscopale et, sur l'autre rive du Steïr, un faubourg organisé autour d'une place dépendant du duc de Bretagne (la terre au Duc). Sous la même dépendance ducale à Locmaria, une abbaye bénédictine regroupe autour d'elle une petite urbanisation.

La construction de la cathédrale structure la ville au croisement de deux axes de circulation où se rencontrent toutes les activités.

Le XVIe siècle et le rattachement de la Bretagne à la France vont après les guerres de religion modifier cet équilibre urbain. La mise en place de l'administration royale, notamment l'installation du présidial dans la terre au Duc, cherche à concurrencer et à limiter le pouvoir des évêques. Au XVIIe siècle, les ordres religieux liés à la Contre-réforme s'installent eux aussi sur la terre au Duc. A Locmaria, la reconstruction du prieuré va de pair avec le développement des manufactures de faïence (1690).

A partir de la Révolution, Locmaria est rattaché à la commune de Quimper. Le développement du port favorise l'aménagement des quais tandis que le choix de la ville comme chef-lieu du département puis comme préfecture inaugure un siècle de constructions et d'aménagements. La préfecture (1802) et le tribunal (1829) s'établissent à l'extérieur du rempart, le long de l'Odet qui devient l'axe de développement de la ville. A l'intérieur de la vieille ville, mairie(1831) et halles (1843) sont à l'origine de vastes opérations d'urbanisme. L'arrivée du chemin de fer en 1864 entraîne le prolongement du quai le long du rempart sud. Dans le même temps, les premières implantations industrielles alliées aux lotissements ouvriers au cap Horn en face de Locmaria accentuent le développement de la ville vers l'ouest le long de la rivière.

En 1960, la ville se dote de moyens pour son expansion en s'associant aux communes voisines de Ergué-Armel, Kerfeunteun et Penhars. Le grand Quimper passe alors de 20.000 à 60.000 habitants.

Le port du Corniguel, la Zac de Creach Gwen se développent vers l'ouest, tandis que la route à quatre voies Nantes-Brest suscite une nouvelle extension vers le nord avec la cité administrative de Ty Nay et la zone commerciale de Gourvilly. Les projets actuels tendent à relier tous ces pôles entre eux sans perturber l'équilibre du centre ancien

Les temps légendaires, Gradlon, Saint Corentin et la fondation de Quimper

Aux origines de Quimper, les mythes se confondent avec les quelques récits historiques de l'époque. Daté de 1235, la Vie de Saint Corentin attribue la fondation de la ville à Gradlon vers les Ve ou VIe siècle. Roi de la ville d'Ys, Gradlon aurait fait don de son château situé au confluent de l'Odet à l'ermite Corentin pour édifier sa cathédrale. Ce roi légendaire apparaît également dans le second livre de la Vie latine de Saint Guénolé écrit vers 880.

Gradlon est le personnage central de la légende de la ville d'Ys, sorte d'Atlantide bretonne, dont les origines se perdent dans la tradition orale celtique. Au fil des siècles, les conteurs bretons et les écrivains se sont appropriés ce mythe pour l'enrichir et créer de nombreuses variantes au gré de leur imagination. Historiquement, il est probable que l'évêché fut fondé à l'époque carolingienne. Les fouilles archéologiques ont révélé qu'à la fin du Xe siècle, un véritable plan d'urbanisme se structura autour d'une nouvelle cathédrale romane.

Le bas Moyen-Âge, entre pouvoir épiscopal et pouvoir ducal

A la fois centre religieux et politique, la ville est écartelée entre les pouvoirs de l'évêque et ceux du duc.

La « Terre de l'Église » comprend tout le Quimper intra-muros et le territoire au nord des remparts de la ville. L'évêque dispose des mêmes pouvoirs qu'un seigneur laïc : il peut rendre la justice, condamner et imposer des banalités aux Quimpérois. Le duc exerce son pouvoir sur la Terre au duc, un faubourg se développant au delà du Steïr, à l'ouest des remparts.

Quimper intra-muros occupe une superficie d'une quinzaine d'hectares entourée par 1500 mètres de murailles bordées par le Frout, l'Odet et le Steir. Vers 1450, environ 4500 personnes y résident. Partiellement urbanisé, cet espace accueille des champs, des vergers et des jardins dans sa partie haute, tandis que la partie basse accueille le Palais des évêques, les maisons des chanoines et des bourgeois. Les maisons à colombages, similaires à celles actuellement présentes dans le vieux

Quimper, bordent les ruelles sinueuses et partiellement pavées.

La renaissance et les temps modernes, Quimper sous la contre-réforme

Avec le rattachement de la Bretagne à la France en 1532, la rivalité entre le pouvoir épiscopal et ducal persiste mais s'atténue. Une oligarchie de petite noblesse et de bourgeoisie moyenne s'affirme. Elle fournit nombres de médecins, d'avocat, ou de marins tels que l'amiral de Kergelen. Ces grandes familles se font édifier dans la cité des hôtels particuliers et acquièrent des domaines ruraux.

Quimper compte 9000 habitants à la fin du XVIIe siècle. L'enceinte de la ville, ayant perdue sont utilité militaire, n'est plus entretenue. Tandis que des portes fortifiées sont démolies, la construction de nouveaux ponts améliorent les conditions de circulation. Mais la ville a hérité du Moyen -Âge d'une organisation anarchique et insalubre. En 1762, un incendie ravage les maisons en bois de la rue Kéréon. Chargé d'établir un nouveau plan de construction, l'ingénieur André rectifie le tracé de la rue et construit des bâtiments aux façades de pierre.

Conséquence de la contre-réforme, la multiplication des ordres religieux amène la construction à Quimper de plusieurs édifices religieux.

Des excès de la Révolution à la courte prospérité sous l'Empire

En janvier 1790, Quimper est désigné comme chef-lieu du département. Joseph Le Guillou de Kerincuff devient le premier maire.

La constitution civile du clergé est mal accueillie par les Quimpérois. De nombreux prêtres réfractaires s'exilent. Les congrégations religieuses sont supprimées en 1792. La vente des biens du clergé profitent quelques familles d'acquéreurs. Les couvents et autres bâtiments des ordres religieux sont reconvertis en caserne, en prisons, ou accueillent de nouvelles administrations.

Sous le régime de la Terreur, les excès révolutionnaires se multiplient : chasse aux prêtres réfractaires, vague d'arrestations et d'exécutions publiques, saccage de la cathédrale et des églises, brûlis de statues et de reliques...

Aux tumultes de la période révolutionnaire succède une époque de relative prospérité durant le Consulat et l'Empire. Le blocus maritime de Brest par la marine britannique profite à Quimper. Le petit port de commerce sur l'Odet devient l'entrepôt de la marine de guerre et marchande. Mais la paix de 1815 met fin à cette intense activité.

L'aventure urbaine et industrielle du 19e siècle

Quimper souhaite en finir avec la structure médiévale à l'origine du faible développement de la ville. Le centre-ville est réaménagé afin d'en faciliter les accès et ouvrir de nouvelles rues. De nouvelles halles sont construites, rue Saint François, à l'emplacement du couvent des Cordeliers. La mairie déménage place Saint-Corentin dans l'ancien hôtel particulier de Guernisac. Plus ouverte et aérée, la ville quitte sont corset médiéval et s'étend des deux côtés des rives de l'Odet.

Saccagés lors de la période révolutionnaire, les édifices religieux sont restaurés ou reconstruits. Les flèches pour les tours de la cathédrale, classée monument historique en 1847, sont bâties en 1857 par Joseph Bigot. L'architecte poursuit sont travail en construisant le musée des beaux arts en 1872. Le théâtre Max Jacob est construit en 1904.

L'arrivée du chemin de fer en 1864 amène de nouvelles activités industrielles. La faïencerie trouve de nouveaux débouchés. Des industries agroalimentaires (conserveries, usines à glace) et d'autres entreprises occupent de nouvelles zones industrielles.

D'une guerre à l'autre : 1914 – 1944

Pour honorer la mémoire des 556 Quimpérois tombés au front de la Première Guerre mondiale, la Ville fait édifier un mémorial dans l'escalier d'honneur de la mairie. Les peintures de Charles Godeby représentent des scènes de bataille.

Durant l'entre-deux guerres, de nouveaux lotissement se construisent. Les cités ouvrières jouxtant les secteurs industriels côtoient des lotissements plus élégants sur les quais ou dans les quartiers du palais de justice. L'architecte Olier Mordrel conçoit des bâtiments au style tranché et aux nouveaux matériaux. La « Ty Kodak », maison et boutique du photographe Villard situé près de la cité de Kerguelen,
témoigne de son œuvre résolument moderne.

Occupée par les Allemands le 18 juin 1940, Quimper, bien qu'épargné par les bombardements subit les privations, les arrestations et les déportations. A l'annonce du débarquement en Normandie, les maquisards bretons libèrent la ville le 8 août 1944 après de violents combats.

L'escalade démographique et urbaine contemporaine

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le baby-boom entraine une grave crise du logement. Quimper doit trouver de nouveaux terrains constructibles. La fusion en 1960 des municipalités d'Ergué-Armel, de Kerfeunteun, de Penhars et de Quimper dans un même ensemble, le grand Quimper, permet à la ville de devenir une véritable métropole.

Quimper, comptant désormais 50 000 habitants, fait bâtir de grands ensembles dans le quartier de Kermoysan. Les quartiers pavillonnaires et les zones d'activité se multiplient en périphérie de la ville. Ces changement bouleversent le paysage et l'identité des anciennes communes rurales environnantes.

Dès 1960, Les transports se développent par le percement de nouvelles voies, la création de rocades et de ponts. Un réseau de bus urbains est mis en place. Des liaisons aériennes quotidiennes avec Paris, le TGV et la voie express desservent Quimper.

La zone industrielle de l'Hippodrome est crée en 1962. Dans les années 90, le secteur de Creac'h Gwen accueille la technopole de Quimper Cornouaille. L'enseignement supérieur se développe par l'ouverture du pôle Per Jakes Hélias de l'Université Bretagne Ouest (UBO) et de l'Institut supérieur de gestion Asie Pacifique (ISUGA).

Le regroupement des communes de la zone urbaine se poursuit par la création en 1993 de Quimper Communauté, composé d'Ergué-Gabéric, Guengat, Plogonnec et Quimper. Elle s'élargit par l'adhésion de Plonéis, Pluguffan et Plomelin en 1997, puis Locronan en 2011.


Source : http://www.quimper.fr/
.
Retour à la page d'accueil


Date de création : 28/04/2012 @ 15:12
Dernière modification : 29/04/2012 @ 18:54
Catégorie :
Page lue 2308 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

 
Archives

Archives ajoutées
2012-2014


Archives 2008-2012

Archives depuis la 
création du site
N'hésitez pas à les consulter
pour retrouver des articles 
avec photos et 
Vidéos 
 

Bagadoù articles 
2009-2013


La Forêt-Fouesnant 29

Découvrir La
Forêt-Fouesnant


Village pittoresque

Marina 
désenvasement



Horaires des marées 
et météo en direct
de Port-la-Forêt


Spectacles et animations
sur le site de l'office
du tourisme

Les nuits celtiques
au Théâtre de verdure
de Peniti

Actualités bretonnes

 2017-2018
Concours bagadoù 2018 à Brest

Programme 2018 
War'l leur

Vidéos d
Tristan Gloaguen Album 1

Vidéos de Tristan Gloaguen Album 2

Vidéos de Tristan Gloaguen Album 3
2017
Vidéos 2017 
War'l leur

Vidéos 2017 Cercles celtiques ThePerefrancois

  Vidéos
Tristan Gloaguen 
Avril-Mai 2017
 

Vidéos Tristan Gloaguen
Album 

Festivals 2017 en Finistère

Vidéos 2017
danses et Bagadoù

2016
Vidéos et photos bagad de Vannes à Bénodet août 2016

 Vidéos (12)
bagadoù et
chanteurs
2016


Résultats concours de la Saint-Loup à Guingamp - Eostiged ar Stangala sacré champion

Vidéos Dañs Excellañs
2016

Vidéos 2016 Albums 1-2-3 regroupés par
Tristan Gloaguen


Fête des Cerisiers 2016
La Forêt-Fouesnant

Fête des Pommiers 2016 Fouesnant 29170

2015
Fête des Pommiers 2015 Vidéo
à Fouesnant 29170

 Vidéo du Festival interceltique de Lorient 2015 (durée2h59)

War'l leur
Pérennisation du vestiaire
traditionnel de Bretagne

Kendal'ch Concours de costumes 2015 
Album photos de
Fred Harnois
 

Le Coin de l'artiste à Fouesnant 29170


Bagad Bro Landern et le cercle celtique 
Eskell an Elorn 
à 
New york
 
 
Festival Cornouaille 2015. Avec Miossec, Dan Ar Braz, Nolwen Korbel

Résultats et Vidéos de YouennPiper 2015
du 
Championnat des Bagadoù du 8 février 2015

Petit lexique 
du breton 
 

Menhirs fouesnantais

 Tous les articles ici

Toponymie : Fouesnant

Menhir de 7m30
19 tonnes

Relevage à l'ancienne à Plabennec
Une première mondiale


Un Cairn c'est quoi ?

Broderie des costumes

  Pascal Jaouen 
brodeur et styliste
 ouvre 
boutique à Quimper

 puceBroderie des costumes bretons
.

W3C CSS Skins Papinou © 2007 - Licence Creative Commons
^ Haut ^