Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Les articles du site

Fermer Antarctique

Fermer Aurores boréales

Fermer Dangers du nucléaire

Fermer Divers inclassables

Fermer Fouesnant en 2011

Fermer Fouesnant en 2012

Fermer Fouesnant en 2013

Fermer Fouesnant en 2014

Fermer Fouesnant en 2015

Fermer L'archipel : Centre...

Fermer Lavoirs de Pleuven

Fermer Papillons

Fermer Pardon grande Troménie

Fermer Traversées de la baie

Fermer la malle

Toponymie : Fouesnant : le pays du foin ?

Fouesnant : le pays du foin ?

« Le pays que j’habite est un pays charmant » aimait à répéter le poète Jos Parker. « C’est le pays du foin » ajoutait-il.
Aujourd’hui, à chaque panneau marquant une entrée sur le territoire de la commune de Fouesnant, la traduction bretonne donne ce simple mot : « Fouen » qui se traduit par « foin ». Pourtant...

Pourtant, faire d’une commune côtière un lieu exclusivement orienté vers la campagne et son agriculture ne nous donne pas à priori une traduction très convaincante. Penchons-nous donc sur des critères linguistiques.
Tout d’abord, la prononciation bretonne du sud de la Cornouaille tend à réduire les « -nan(t) » finaux en simples « n’ ». Ainsi, « Locronan » s’oralise « Lokorn » ; « Glénan » se prononce « Glen ». Naturellement « Fouesnant » s’entend « Fouen ».

Panneau Fouesnant D45.JPG

Jean Le Foll, membre de l’association d’histoire locale Foen-Izella, a recensé de nombreuses graphies du nom de Fouesnant dans des actes notariés et dans diverses archives. Les écritures transcrites par les cartographes, souvent non bretonnants, sont jugées trop fantaisistes pour donner des indications sérieuses. Elles ont donc été écartées de cette liste.


Graphies de Fouesnant.jpg

On remarquera donc les constantes : le « f » initial et la finale « nant ». Entre ces deux éléments s’opèrent les très nombreuses mutations qui ne semblent pas évoluer de manière logique. En effet, l’orthographe enfin stabilisée en 1740 avait déjà été relevée en 1382 !
D’un point de vue linguistique, à l’époque où le territoire est ainsi nommé, un vieux-breton assez proche du vieux-gallois est parlé. La création du toponyme s’appuie sans doute sur des mots qui n’existent plus dans le breton contemporain. C’est pourquoi l’explication donnée par le chanoine Pierre Falch’un, linguiste et phonéticien breton décédé en 1991, est intéressante.
En vieux-gallois, « nant » désigne une vallée.
« Foues » serait une mutation de « Fos » qui indique dans cette même langue ancienne, un ruisseau.
Si l’on observe la topographie de la région, le bourg de Fouesnant se trouve en bordure d’une cassure de terrain qui remonte ensuite vers La Forêt pour atteindre son point culminant vers Keranpicart sur la route de Concarneau. Au fond de cette cassure, coule un ruisseau…
Rappelons que La Forêt a fait longtemps partie du territoire de Fouesnant.
Notons que ce ruisseau a dû être plus important car la création des étangs de Penfoulic a nécessité le captage de plusieurs sources.
Imaginons enfin que cette vallée a pu être plus longue avant le légendaire cataclysme sismique de l’an 709.

Un élément contrarie peut-être cette hypothèse. Le « s » de « Fos » aurait donc de l’importance mais il n’apparaît que dans 30 % des graphies et surtout, il n’est pas présent dans les plus anciennes versions connues du toponyme.

Le mot « Fouesnant » garde encore une part de mystère…
.

Retour à la page d'accueil


Date de création : 14/05/2012 @ 14:16
Dernière modification : 14/05/2012 @ 14:20
Catégorie :
Page lue 5321 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

 

Texte à méditer :  

La vraie tragédie de la vie, c'est qu'on devient vieux trop tôt et sage trop tard.   


W3C CSS Skins Papinou © 2007 - Licence Creative Commons
^ Haut ^